Aller au contenu principal

Interview Jacques Chazalet
« L’unité syndicale est une exigence de loyauté, ce n’est pas un jeu de pouvoir »

Avec Claude Raynaud vous conduisez la liste commune UDSEA-JA aux prochaines élections Chambre d’agriculture. Une liste dissidente est en train de se mettre en place. Comment voyez-vous les choses ?

Dans toute organisation démocratique, les stratégies de pouvoir sont légitimes mais elles doivent respecter certaines règles de conduite. J’ai toujours respecté la décision collégiale du conseil d’administration, même lorsqu’il m’arrivait de ne pas être d’accord avec la majorité. Je crois à la force du pouvoir collectif et partagé, et non au pouvoir individuel et personnel.

En septembre dernier, le conseil d’administration de l’Udsea a pris la décision de composer une liste commune avec les jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme et de m’en confier la tête, aux côtés de Claude Raynaud et Patrick Levet, président de JA. C’est une décision qui a été votée à la majorité mais qui, aujourd’hui, est piétinée par ceux qui n’ont comme seule motivation que l’ambition du pouvoir personnel, et qui, de cette manière, cassent l’unité syndicale dont nous avons tant besoin pour défendre notre métier.

 

Quel bilan faites-vous des actions syndicales de ces dernières années ?

L’Udsea et les JA ont conduit ensemble de nombreuses luttes syndicales. La plupart d’entre elles ont constitué de véritables avancées, même si toutes n’ont pas abouti ou que d’autres ont suscité des tensions. Sans tomber dans une liste exhaustive, nous avons obtenu des aides à la modernisation de nos exploitations notamment des bâtiments d’élevage, des exonérations fiscales pour le carburant agricole, des exonérations de charges pour les employeurs de main d’œuvre, des adaptations à la politique agricole commune notamment le soutien à l’herbe, la revalorisation des ICHN et du lait montagne ; la création de la CVO contractuelle dans les productions AOP… Tout cela a contribué à redonner du souffle à l’agriculture du Massif central, particulièrement à l’Auvergne et à notre département.

Ces avancées sont le fruit d’actions collectives de l’Udsea et des JA du Puy-de-Dôme, aux côtés de la Fnsea Auvergne et Frsea Massif central, de la Fnsea et de ses associations spécialisées ; chaque niveau étant un relais par rapport aux autres. Ensemble, nous avons poursuivi un objectif commun : faire progresser l’agriculture en maintenant un équilibre entre Hommes, territoires, produits, filières et marchés. C’est un exercice difficile mais indispensable, qu’un syndicat départemental seul ne peut réaliser.

 

Quels sont les enjeux de ces élections Chambre d’agriculture en janvier 2013?

Le premier enjeu d’une élection Chambre est de mesurer la représentativité syndicale dont découle la politique de développement agricole du département. La question à se poser est celle du travail accompli, des combats menés et des résultats concrets obtenus par le syndicat en faveur des agriculteurs et agricultrices du Puy-de-Dôme.

Le travail collectif que nous avons conduit avec l’ensemble du réseau Fnsea et les structures partenaires a permis de répondre aux besoins des agriculteurs. Nous n’avons pas à rougir des actions que nous avons menées au sein de l’Udsea et des JA ! Bien au contraire ! Nous les revendiquons avec force ! Et aujourd’hui, à la veille de choisir une stratégie syndicale qui conduira l’action de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, nous revendiquons plus encore l’idée de trouver, avec la Fnsea des solutions pour accompagner tous les agriculteurs dans leur diversité de productions, de territoires et de filières. Notre représentativité départementale conditionne la crédibilité et le poids de la Fnsea, dans la défense des agriculteurs.

Notre rôle est d’accompagner la mutation du métier d’agriculteur d’abord dans le respect des Hommes, et en préservant l’équilibre des territoires, des productions et de leurs diversités.

Avec cette élection, c’est l’avenir des paysans et de leur représentativité qui est en jeu.

L’unité syndicale ce n’est pas une question de personne, c’est une exigence de loyauté collective.

Propos recueillis par C.Rolle

Retrouvez le dossier complet bilan syndical dans l'Auvergne Agricole du 29 novembre.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole