Aller au contenu principal

L'Union européenne se penche sur l'avenir de la production ovine

Il y a près d'un an, le 12 novembre 2015, le Commissaire européen à l'Agriculture, Phil Hogan, lançait un forum sur l'avenir du secteur ovin européen.

La présidente de la FNO précise : « une attention toute particulière sera portée aux conséquences du brexit, et plus précisément au traitement de la viande ovine dans les discussions sur les futures conditions d'échanges entre l'Union européenne et le Royaume-Uni, et les discussions à l'international, notamment pays tiers »

Quel avenir pour la production ovine européenne dans un contexte international de plus en plus concurrentiel ? Sur quels éléments les filières ovines des différents pays européens se retrouvent ? Quelles sont les diver- gences ? Quelles sont les opportunités à saisir ? Quelles perspectives pour la future PAC 2020-2025 ? Telles sont les principales questions auxquelles ce forum, constitué de différents représentants professionnels, représentants des pouvoirs publics et experts des différents pays européens ainsi que le COPA-COGECA, a essayé de répondre.

Michèle Boudoin, présidente de la FNO, se félicite des conclusions issues de ce forum et présentées il y a quelques jours.

 

Etes-vous satisfaite des conclusions émises par le forum européen sur l'avenir du secteur ovin ?

Oui et à la FNO nous sommes d'autant plus satisfaits par ces conclusions qu'elles reprennent en fait les principaux éléments de la contribution de la filière ovine française, notamment le maintien d'une PAC forte, qui soutient la production ovine via des aides couplées nécessaires à l'orientation de la production et l'amélioration des performances. Une Pac qui soutient aussi la mise en place d'un paiement environnemental permettant de reconnaitre enfin l'existant, c'est-à-dire toutes les contributions positives de l'élevage ovin sur l'aménagement des territoires souvent les plus reculés, la biodiversité, les écosystèmes, l'entretien des paysages, l'environnement de manière plus générale et l'emploi. Nous saluons également la proposition du forum de lancer un nouveau programme de communication et de promotion de la viande ovine afin que l'agneau retrouve toute sa place dans les achats quotidiens des ménages.

D'autres éléments tout aussi importants pour le secteur ovin ont été intégrés aux conclusions du forum : la régulation des grands prédateurs, la simplification de l'identification, l'innovation, le soutien aux jeunes installés, une meilleure transparence du marché, un renforcement des organisations de producteurs pour améliorer le rapport de force dans les négociations commerciales, la protection de la filière dans les échanges internationaux... Des points essentiels à nos yeux.

 

Concrètement, à quoi vont servir ces conclusions ?

Elles vont servir de support à l'élaboration de la feuille de route pour la prochaine PAC 2020- 2025 pour la production ovine. Cette feuille de route sera très prochainement présentée et défendue par le Commissaire Européen devant le Conseil et le Parlement européen ; et le groupe de dialogue civil « Produits animaux - Viandes ovine et caprine» aura pour mission d'en suivre les applications.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Jacques Chazalet, président du Sommet, est optimiste quant au maintien de l’évènement en octobre prochain à la Grande Halle d’Auvergne.
Une édition 2021 maintenue avec pass sanitaire
A quatre mois de l’ouverture, les organisateurs du Sommet de l’élevage (du 5 au 8 octobre) affichent optimisme et prudence en…
La pullulation de campagnols reste un réel fléau sur certains secteurs.
Une aide d’urgence pour soutenir des agriculteurs victimes du rat taupier
Face à la présence incessante du rat taupier sur certains secteurs du département, le Conseil Régional Auvergne Rhône- Alpes a…
Aulx
L’industrie Rochias en pourparlers avec les agriculteurs
L'entreprise Rochias, spécialisée dans l'ail déshydraté, s'est récemment rapprochée de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme…
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme.
« Prendre à l'un pour donner à l'autre : une solution inacceptable »
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme, revient sur les principales annonces du plan stratégique national (PSN)…
Huit exploitations de Limagne Nord se sont équipées de sondes capacitives qui mesurent tous les 10 cm sur une profondeur totale de 60 cm, la quantité d'eau disponible pour les plantes.
Huit sondes capacitives installées en Limagne nord
La Cuma des Marais et des adhérents du CETA Val de Morge ont investi dans plusieurs sondes capacitives pour piloter au mieux leur…
« France, veux-tu encore de tes éleveurs allaitants ? »
Conjoncture, prix, travaux de filière mais aussi PAC 2023 et problématiques locales à l’ordre du jour de la section bovine du 7…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole