Aller au contenu principal

Lundi 5 janvier : Journée de l’adhésion en Auvergne

Trois questions ont été posées à David Chauve, secrétaire général de l’UDSEA sur l’intérêt d’une journée de l’adhésion, le 5 janvier 2015.

David Chauve, secrétaire général de l’UDSEA invite tous les
agriculteurs à venir rejoindre le réseau FNSEA à l’occasion de cette journée de l’adhésion.

Les UDSEA/FDSEA de la région ont décidé de dédier une journée à l’adhésion syndicale. Les res-ponsables syndicaux abandonneront donc le temps d’une journée le suivi des dossiers et les réunions départementales, régionales et même nationales pour aller avec les délégués cantonaux et les adhérents volontaires, à la rencontre des agriculteurs non adhérents.

 

Pourquoi organiser une journée de l'adhésion ?

David Chauve : L'idée d'une telle journée dans tous les départements d’Auvergne est de sensibiliser les agriculteurs sympathisants mais non adhérents à l’importance de cotiser. Adhérer c’est, certes, donner les moyens à l'UDSEA d’exister et de fonctionner mais c’est aussi et surtout donner du poids à ses responsables.

En effet, le syndicalisme est jugé sur son nombre d'adhérents et beaucoup plus de monde qu'on ne l'imagine y est attentif : les pouvoirs publics, les politiques, nos partenaires...

Cette journée sera l'occasion d'échanger librement sur l’utilité du syndicalisme, sujet qui fait parfois débat. On entend trop souvent dire : « ça ne sert à rien...» Je rappellerai simplement que les petites actions ont toujours fait les grandes victoires ! Le réseau FNSEA maintient une pression permanente sur les décideurs d'abord pour conserver les acquis et ensuite pour en obtenir plus. Chacun peut y contribuer à son niveau.

Prendre des responsabilités dans le réseau n’est pas toujours possible, mais régler sa cotisation est une façon de participer à une volonté collective de défendre notre profession de plus en plus attaquée et mise à rude épreuve sur un plan économique et social, au point de ne plus pouvoir assurer le renouvellement des générations !!! Que ceux qui se retrou-vent dans les valeurs de l'UDSEA rejoignent notre réseau ou nous ouvrent leurs portes le 5 janvier.

 

Concrètement, quel intérêt a un agriculteur à adhérer à l’UDSEA ?

D.C. : Quelle que soit la problématique de l’agriculteur, en adhérant à l’UDSEA, il a la garantie qu’il sera défendu individuellement et collectivement. Individuellement, sur des questions spécifiques à son exploitation et collectivement à travers la défense du revenu des agriculteurs via la défense du prix des produits agricoles et la baisse des charges (remboursement de la Tipp, exonération fiscale pour les employeurs). La défense du revenu passe aussi par des soutiens spécifiques à l’agriculture de nos régions (politique montagne dans le cadre de la négociation sur la PAC). L’UDSEA défend aussi les intérêts de la profession sur d’autres dossiers tels que les zones vulnérables, la prédation du loup...

Adhérer à l’UDSEA permet d’intégrer un réseau et ainsi de partager avec des voisins ou d’autres producteurs qui œuvrent dans la même production. Notre syndicat défend toutes les productions du département. Il est structuré pour permettre à chacune d’être défendue au sein d'une section spécialisée (céréale, bovine, laitière, ovine...) et d’être en capacité de réagir à l'actualité et de proposer des pistes de développement. L’UDSEA informe ses adhérents, via des formations, des réunions, des mails d'informations, et au travers du journal L’Auvergne Agricole, dans lequel l’UDSEA est impliquée. Ainsi chaque semaine, les exploitations agricoles disposent d’une information exclusive et détaillée sur le monde agricole.

L’UDSEA défend également les agriculteurs retraités via une section spécifique qui se bat notamment pour la revalorisation des retraites. L’actualité de cette section est relatée chaque mois dans les pages du journal «Regards d’Aînés», le journal des anciens exploitants d’Auvergne.

 

Quelles sont les grandes missions de l’UDSEA du Puy-de-Dôme ?

D.C. : L’UDSEA est un syndicat qui défend les intérêts des agriculteurs et de l’agriculture départementale. Sa mission consiste à regrouper les agriculteurs au sein des cantons pour qu’ils échangent sur leurs problématiques. Un des rôles de l’UDSEA est d’éviter que chaque exploitation ait à se défendre individuellement ; collectivement, on trouve toujours une solution, alors qu’individuellement, c’est plus difficile ! Une autre mission est de participer aux orientations des différentes productions ou politiques d'accompagnement sur le plan régional car de nombreux dossiers sont régionaux et que l'UDSEA doit y avoir toute sa place.

 

Info plus

Pour tout renseignement complémentaire sur cette journée du 5 janvier, contactez l’UDSEA au 04.73.44.46.90.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole