Aller au contenu principal

Energies renouvelables
L’or noir remplacé par la ressource forestière

Gaby et Nicole Chautard ont abandonné la chaudière fioul au profit d’une chaudière bois. Un investissement qu’ils ne sont pas prêts de regretter.

La chaudière bois remplace la chaudière fioul. Elle est située à proximité du silo de stockage. Pour Gaby Chautard,  « les agriculteurs auraient sûrement intérêt à  s’organiser pour gérer le ramassage du bois et développer ainsi leur revenu. Pourquoi pas au sein de leur Cuma ? »

Nicole et Gaby Chautard son exploitants agricoles (lait-moutons) sur la commune d'Arlanc. Avant 2006, comme la grande majorité des français, ils utilisaient une chaudière au fioul pour chauffer leur maison d'habitation et un logement mitoyen. Un fourneau bois bûche venait en renfort sur une partie de la maison. En 2006, ils optent pour un chauffage au bois alimenté durant les deux premières années avec des plaquettes de scierie. Mais dès cet hiver, Gaby a changé de combustible et préfère valoriser le bois issu de l'entretien des forêts et taillis situés sur son exploitation (feuillus, élagage des bordures de parcelles, arbres morts et déracinés...). «J'utilise désormais la plaquette forestière pour alimenter ma chaudière. Le bois est plus sec que la plaquette industrielle et j'en consomme donc moins. »

Sa chaudière KWB 40 W a été installée en novembre 2006, « c'était une des premières installations dans le secteur » ajoute-t-il. « L'idée nous est venus au cours des journées du bois organisées à Arlanc la même année. Sachant que nous n'avions pas de soucis pour nous procurer du bois dans le secteur (nombreuses scieries et boisement important) il nous paraissait intéressant de nous intéresser à cette formule de chauffage plus économe et, à l'époque, bien aidée au travers de différentes aides» argumente Gaby (voir encadré).

L'agriculteur est aujourd'hui satisfait de son investissement. «Nous avons une sensation de meilleure chaleur car on chauffe un peu plus qu'avec du fioul -on fait moins attention !- et donc la chaleur est plus régulière et plus confortable » Et puis surtout, l'autonomie de la chaudière bois est la même que celle au fioul, «on est loin des systèmes où il fallait alimenter manuellement la chaudière à bois ! ». Le passage à la plaquette forestière, a fait adhérer Gaby Chautard à la Cuma de broyage et de fabrication de plaquettes « des deux Rochers ». Il utilise les services de la broyeuse une fois par an et prépare ainsi son stock de combustibles pour l'année n+1, « car il faut compter une bonne année d'avance pour favoriser le séchage du bois ». Le prix facturé par la Cuma est 120 €/heure rotor soit entre 4 et 6 €/m3 selon la rapidité de l'action(1). C'est là qu'intervient la qualité du stockage : le silo prévu à cet effet doit être bien ventilé, celui de Gaby est conçu dans de bonnes conditions et à une capacité de 50 m3, soit une autonomie de six mois. Pour l'agriculteur, la prochaine étape est l'étude du chauffage de l'eau dans la salle de traite à partir de plaquettes forestières.

(1)  Pour toute information sur la Cuma des deux Rochers : FDCuma Puy-de-Dôme au 04.73.44.45.20.

 

 

 

En chiffres

- Investissement (Chaudière, périphériques, silo, cheminée, électricité, plomberie) : 26 000 € TTC

- Subventions : 12 000 €

* Aides plan bois Conseil général Puy-de Dôme + Conseil régional Auvergne : 4000 €

* Crédit d'impôt : 8 000 €

- Economie annuelle de l'exploitation évaluée à : -1 700 €.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole