Aller au contenu principal

Réseaux
L’irrigation indispensable à l’installation et la transmission

L’irrigation est devenue indispensable pour permettre aux agriculteurs d’avoir accès aux cultures à fortes valeurs ajoutées. Le réseau des ASA assure le maillage.

Florian Bicard, jeune agriculteur à Saint-Ignat s’est installé grâce à l’irrigation qui lui a donné accès au contrat de maïs semence.

Ce n’est pas une nouveauté. L’irrigation garantit aux agriculteurs des rendements quantitatifs et qualitatifs stables notamment pour le maïs semence et consommation, la betterave sucrière et le blé. Aujourd’hui, de nombreux jeunes agriculteurs s’installent grâce à ces cultures à valeur ajoutée importante.

Florian Bicard a rejoint l’exploitation familiale sur la commune de Saint-Ignat en 2008, grâce à l’irrigation. En effet, l’exploitation d’environ 100 ha est depuis peu irrigable à 80.

 

L’ouverture d’un nouveau réseau

Les ASA «Basse Morge» et «Des Golards» existent depuis plusieurs décennies comme l’ensemble des ASA du Puy-de-Dôme. Ces réseaux garantissent au jeune agriculteur de Saint-Ignat un apport en eau sur l’ensemble de son parcellaire. En 2013, ce réseau d’eau a été densifié grâce à la création de l’ASA de Montgacon. Cette nouvelle Association Syndicale Autorisée compte environ 40 agriculteurs, court sur cinq communes et permet d’irriguer 450 ha de terre. «L’ouverture de l’ASA de Montgacon m’a permis d’augmenter mes surfaces de maïs semence et donc d’irriguer des parcelles jusque là dépourvues d’irrigation. ça a été une vraie chance. L’irrigation est à la fois une assurance pour le rendement et aussi une obligation pour prétendre aux contrats de maïs semence. Je me suis d’ailleurs installé grâce à cette culture dont la valeur ajoutée est importante. L’irrigation apporte également de la valeur aux terres. J’ai repris des terrains, à un agriculteur retraité, parce que justement ils étaient irrigués. Je pense que l’irrigation est indispensable pour installer des jeunes et donner un avenir à des exploitations sur le point d’être cédées» explique Florian Bicard. L’irrigation est une valeur sûre qui demande tout de même un certain investissement. Le jeune agriculteur témoigne qu’effectivement « l’irrigation demande du temps, de la main d’œuvre et de l’investissement financier pour la souscription et le matériel. »

Malgré tout, la technique semble porter ses fruits puisque, chaque année, ils sont de plus en plus d’agriculteurs à vouloir irriguer leurs parcelles.

Un réseau à accroître

L’ADIRA (Association pour le Développement de l’Irrigation en Auvergne) compte 19 ASA puydômoises adhérentes, dont la moyenne d’âge est de 30 ans. Cette année, 12 d’entre elles ont renouvelé leur autorisation d’irriguer. Un soulagement pour Bertrand Nicolas, vice-président de l’association et président de l’ASA Basse Morge. «Nous recevons tous les ans des demandes d’agriculteurs qui souhaitent irriguer plus ou irriguer d’autres parcelles. Malheureusement, les ASA arrivent au maximum de leur capacité dès leur ouverture. Ces réseaux sont construits suivant le nombre de gens inscrits à leur création et donc suivant un certain débit. L’augmentation ou la diminution d’un réseau ne se réalise pas en un claquement de doigt. » Un travail de longue haleine qui doit être réalisé avec exactitude.

L’ASA de Basse Morge a débuté dernièrement une étude auprès de ses adhérents pour connaître leurs besoins réels en irrigation. « Cette étude va prochainement être étendue à l’ensemble des ASA adhérentes de l’ADIRA afin que nous commencions, dès aujourd’hui, à défendre ce que nous avons et à travailler pour demander plus. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole