Aller au contenu principal

Interview
Limagrain et Domagri choisissent l’ancrage régional

Pierre Pagesse et Michel Delsuc, présidents de Limagrain et de Domagri

Pierre Pagesse et Michel Delsuc, présidents de Limagrain et de Domagri
La semaine dernière, les administrateurs de Limagrain et de Domagri ont choisi le rapprochement des deux coopératives. Pourquoi ce choix ?

PP : Nos deux conseils d'administration ont décidé à l'unanimité de poursuivre le rapprochement de leurs structures. Un processus sur lequel nous travaillons déjà depuis longtemps et qui a donné lieu, au fil du temps, à la mise en place de partenariats sur différentes activités blé ou maïs.
Nous avons fait le choix de construire et de gérer l'avenir ensemble, de renforcer l'assise auvergnate de la coopération céréalière et de nous inscrire dans une logique de consolidation. Ce sont là des défis essentiels que le rapprochement de nos deux coopératives permettra d'atteindre.

MD : ce projet est synonyme d' « être plus fort ensemble ». Plus fort pour affronter un contexte économique particulièrement difficile, marqué par des incertitudes sur le marché et une crise financière qui brouille l'avenir de notre économie départementale. Par ce rapprochement, nous choisissons donc de conforter la production agricole auvergnate, de renforcer nos filières, de consolider leurs approvisionnements et surtout, de gagner en efficacité.

Quelles seront les conséquences pour les adhérents de Domagri et Limagrain ?

PP : Cette idée de rapprochement s'est construite au fil des années, étape par étape. Nous entrons aujourd'hui dans la phase de concrétisation, mais nous n'en sommes pour le moment qu'au stade de l'accord de principe des administrateurs. Il appartiendra ensuite aux adhérents de se prononcer.
Ceci étant, cette initiative est motivante pour les adhérents. Car elle va offrir un meilleur service, apporter des prix plus compétitifs et assurer une meilleure performance économique des exploitations et de la région. Face au contexte chaotique dans lequel nous sommes- avec une Pac qui soutient de moins en moins l'activité économique et un marché mondial extrêmement tendu- nous devions franchir l'étape du rapprochement. Aujourd'hui c'est le bon moment, la conjoncture nous incite à le faire !

Ce projet concernera-t-il l'ensemble des métiers de chacune des coopératives ?

MD : Toutes les activités des deux groupes coopératifs ainsi que l'ensemble des productions végétales et animales seront concernées par ce projet. Les métiers propres à chacune des structures seront non seulement maintenus mais consolidés par cette initiative, y compris celui de l'alimentation du bétail !
Il n'y aura pas non plus de remise en cause des partenariats bilatéraux existants entre nos coopératives et d'autres sociétés.

PP : En effet, ne nous trompons pas de débat ! Notre projet commun n'a pas pour ambition de tout remettre en cause mais d'assurer en priorité un avenir à nos agriculteurs, à nos productions et à notre région. Nous souhaitons qu'il soit une réussite partagée par tous, adhérents, salariés et partenaires du monde agricole, pour préserver et développer notre économie départementale au profit du plus grand nombre

Quel délai vous donnez-vous pour mettre en musique ce rapprochement ?

MD : La décision à l'unanimité des deux conseils d'administration est la première pierre à l'édifice. Les discussions vont maintenant être portées devant nos adhérents dans le cadre des assemblées générales locales de Limagrain et Domagri.

PP : La feuille de route est lancée. Les administrateurs ont mandaté les équipes des deux coopératives pour travailler sur le projet. Celui-ci devrait aboutir en décembre prochain.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole