Aller au contenu principal

Limagrain croit au progrès pour répondre aux enjeux de demain

Après un exercice 2016 difficile, le groupe coopératif auvergnat reprend des couleurs et confirme son statut de semencier mondial. Il maintient son niveau de recherche et conforte ses filières.

Jean-Yves Foucault, Président, et Damien Bourgarel, nouveau Directeur Général de Limagrain.

À l’heure où l’agriculture est confrontée à de grands enjeux, où l’environnement sociétal bouscule la profession, où les marchés mettent les filières agricoles à rude épreuve, Limagrain demeure fidèle à son ambition d’origine : « faire progresser l’agriculture pour répondre aux enjeux alimentaires de demain ».

 

« Semencier pur »

Depuis plus de 50 ans, le groupe coopératif auvergnat poursuit son développement et tient son rang de quatrième semencier mondial. Une place acquise grâce à l’investissement soutenu et continu dans l’innovation dans les semences de grandes cultures et semences potagères, et la création de filières. « Nous consacrons plus de 14% (14,6% en 2017) de notre chiffre d’affaires professionnel dans la recherche. C’est plus que l’industrie pharmaceutique ou automobile. Et 20% de nos effectifs travaillent dans la recherche sur plus de 60 espèces contribuant à enrichir la biodiversité », a expliqué Jean-Yves Foucault, président du groupe Limagrain, à l’occasion d’une conférence de presse organisée à Paris mardi dernier. Limagrain se revendique «semencier pur » ; « contrairement aux trois grands groupes qui nous précèdent (ndlr : Monsanto, Dupont et Syngenta) nous n’avons pas d’activité dans l’agrochimie » précise le président. Une singularité sans doute issue du statut coopératif du groupe créé par et pour les agriculteurs, et dont le mode de gouvernance construit sur un binôme agriculteur élu et dirigeant salarié fait ses preuves depuis plus d’un demi-siècle.

Priorité à la recherche

Chaque année plus de 300 nouvelles variétés sont créées et mises en marché grâce à la recherche Limagrain engagée sur 130 stations réparties dans le monde. « Nos travaux de sélection participe à l’enrichissement de l’offre alimentaire » explique Damien Bourgarel, Directeur général de Limagrain. « Pour nourrir près de 10 milliards de personnes à l’horizon 2050 il faudra augmenter la production agricole de 70%. Un défi démographique majeur qui s’accompagne du changement climatique et de la nécessaire préservation des ressources ; il faudra donc produire plus et mieux. Notre métier de semencier a un rôle à jouer face à ces enjeux ». Les travaux de sélection de Limagrain visent ainsi à répondre à différentes attentes : obtention d’un meilleur rendement, résistance aux virus, aux ravageurs… adaptation au climat, aux procédés industriels… réponse aux attentes des consommateurs en termes de goût, appétence, valeur nutritionnelle, sécurité alimentaire, rapport qualité/prix… À titre d’exemple, il y a une dizaine d’année, Vilmorin, filiale de Limagrain, a conduit un programme de recherche avec l’Inra et l’association des producteurs de betteraves potagères du Loiret afin de sélectionner des variétés résistantes à un virus qui avait ravagé la plante et l’avait rendu impropre à la consommation. Aujourd’hui, Limagrain est devenu leader français sur le marché de la betterave potagère. Un autre programme de sélection axé sur l’amélioration du goût du melon a également permis au semencier auvergnat et à sa marque « clause » de devenir leader en Europe de la variété « charentais ». « L’innovation et la recherche sont les moteurs de l’amélioration de l’agriculture. Notre savoir-faire s’appuie sur la connaissance de la plante et la sélection des meilleures variétés » insiste Damien Bourgarel.

L’atout filière

Autre singularité du semencier auvergnat : avoir mis en place « un circuit court industriel ». Objectif : contourner l’éloignement de la plaine de Limagne et du val d’allier des ports et des grands bassins ; valoriser la production locale de blé et de maïs par l’assurance d’un prix plancher aux agriculteurs. « Limagrain est le seul semencier qui a su relier le sélectionneur, l’agriculteur, l’industriel, le distributeur et le consommateur » affirme Jean Yves Foucault. Un choix stratégique qui confirme la stabilité du groupe auvergnat dont le chiffres d’affaires à fin juin 2017 atteint 2,6 Mdrs d’euros soit plus 4,5% par rapport à l’exercice précédent.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le jeu "La Grange" est une représentation simplifiée d'un territoire d'élevage. Son objectif est la co-construction par les joueurs d'une grange qu'ils devront faire évoluer au fil du temps, des contraintes et des souhaits partagés.
GAMAE : des jeux sérieux pour répondre à de sérieux enjeux
L’INRAE présente GAMAE, la première plateforme française de ressources scientifiques et techniques dédiée aux « jeux sérieux »…
Co-président du concours, Jean-Claude Faure est éleveur de charolaises au sein du GAEC des Deux villages et conseiller municipal de la commune.
Ce week-end a lieu le 35ème concours charolais de St-Gervais
La 35ème édition du concours interdépartemental charolais de Saint-Gervais d’Auvergne aura lieu les 5 et 6 novembre…
Sécheresse plans de maïs
Le département du Puy-de-Dôme reconnu pour les calamités agricoles
Une partie du Puy-de-Dôme reconnue au titre des calamités agricoles avec 158 communes concernées. Les demandes d'indemnisation…
Bâtiment d'élevage
Visites de bâtiments : une étape cruciale
Les portes ouvertes bâtiments, organisées par l’EDE et la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, auront lieu les 8, 9 et 18…
Durant la période qui précède la reprise de l’exploitation, Sylvain investit l’argent qu’il gagne dans son futur cheptel de vaches Aubrac.
Une transmission hors-cadre familial réussie !
Jean-Louis Lescure, exploitant retraité depuis octobre 2021, a eu la chance de trouver un jeune repreneur pour son exploitation.…
Méthaniseur
Méthanisation : solution d’avenir en milieu agricole
Bertrand Duprat, agriculteur méthaniseur et vice-président de l’association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF),…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole