Aller au contenu principal

Lait
Lidl partenaire engagé et convaincu de l'intérêt de la démarche Mont Lait

Le 15 juin, élus et éleveurs de l'Association des Producteurs de Lait de Montagne et des représentants de l'enseigne Lidl France ont scellé leur partenariat sur les terres du Gaec des Thuyas à St Just Près Brioude.

Les associés du Gaec des Thuyas avec Dominique Barrau et l'équipe achats marketing de Lidl France.

Mardi 15 juin, à St Just Près Brioude, le Gaec des Thuyas de la famille Vazeille (3 associés), une exploitation adhérente à la démarche Mont Lait, recevait sur ses terres, les responsables de l'Association des Producteurs de Lait de Montagne (APLM) accompagnés de quelques producteurs du secteur ainsi que l'un des partenaires aval de la démarche, l'enseigne de distribution Lidl France.
Le président de l'APLM, Dominique Barrau, n'a pas caché sa satisfaction d'accueillir Michel Biero, directeur exécutif des achats et marketing de Lidl France, et son équipe, sur cette ferme qui produit 500 000 L de lait livrés à Sodiaal et dont une partie est valorisée sous marque Mont Lait. "C'est une belle occasion de vous montrer concrètement comment fonctionnent nos exploitations. Je voudrais également dire que nous sommes très heureux de travailler pour l'entreprise Lidl qui garde toujours un oeil attentif sur le travail des éleveurs " soulignera-t-il. La présentation technique de la ferme par Christine Vazeille a permis à ce responsable de la distribution de plonger au coeur du métier des éleveurs de montagne et surtout de prendre connaissance du cahier des charges dont s'est récemment dotée l'APLM.

Le sol et l'herbe

Yannick Fialip, secrétaire général de l'APLM venu ce jour en voisin depuis Espalem, a rappelé les choix du conseil d'administration : "Dans notre cahier des charges, nous avons tenu à garder un lien fort avec le sol, c'est pourquoi l'herbe est un élément important pour notre association". De son côté Dominique Barrau a présenté les 3 points forts du cahier des charges appliqués par les producteurs : "Sur les fermes adhérentes, 80% de la Surface Fourragère Principale doit être en herbe, 70% de l'aliment doit être à base d'herbe pâturée ou conservée et enfin les vaches doivent sortir à l'extérieur".
Et c'est lorsque Christine Vazeille a commencé à parler prix du lait, que les échanges ont réellement démarré entre amont et aval. Le Gaec vend son lait 375€/1000 litres (qualité comprise) à Sodiaal et bénéficie d'un retour financier sur les ventes de l'APLM en fonction des quantités de lait engagées. Et ce retour est évidemment très apprécié par les producteurs...
En matière de prix, Michel Biero a indiqué que son enseigne achète 260 millions de litres de lait à 370 €/1000 L en prix de base, "l'un des prix les plus élevés du marché" signale-t-il. Et d'ajouter : "Ce n'est pas en payant le lait quelques centimes de plus que Lidl va mal !  Oui, l'équation est possible".

Sortir de la ferme

Le directeur des achats a attiré l'attention des producteurs sur l'intérêt de s'impliquer dans des actions de promotion en magasin : " Lorsque vous êtes présents en magasin, on multiplie par 10 même par 15 les volumes de ventes. Il faut sortir de la ferme pour mettre en avant votre métier et votre savoir-faire".
Si la profession agricole fonde de l'espoir sur la future loi égalim 2 en cours d'examen ce mois-ci, Michel Biero, "n'y croit pas beaucoup car les lobbies des industriels sont à l'œuvre ; de plus Sodiaal s'y montre opposé... Mais les industriels doivent comprendre que le client français veut manger français. Industriels comme distributeurs, si on ne rémunère pas correctement nos éleveurs, on ne pourra plus manger français".
Si le lait sous marque Mont Lait est, à ce jour, disponible à la vente dans 540 supermarchés Lidl en France, les responsables de l'APLM aimeraient étendre leur vente à la France entière. Sur cette question, le représentant de Lidl a souligné que les 1550 magasins de l'enseigne disposaient tous d'une démarche locale et qu'il leur était impossible de commercialiser toutes les marques de lait. Yannick Fialip a tout de même tenu à lui rappeler que la marque Mont Lait appartient aux producteurs et que le retour auprès de ces derniers est assuré ! Michel Biero nous confiera que l'objectif de l'enseigne Lidl vise à "écouler un maximum de lait sous marque Mont Lait et de soutenir les élevages en lait comme en viande bovine, des secteurs en difficulté".

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Avant le démarrage de la castration, Laurent et Pascale Favy donnent conseils et explications aux 46 jeunes présents pour ce premier jour de chantier à Beauregard l'Evêque.
Castration, le casse-tête pour dénicher de la main-d'œuvre saisonnière
Les chantiers d'écimage des maïs semences ont débuté la semaine dernière avec notamment des jeunes des Maisons de Quartier de la…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Autour de Jean-Michel Cellier-Courtil, les agriculteurs bio membres de quatre GIEE ont été invités à découvrir la diversité culturale de son exploitation.
Avant les moissons, dernier Tour de plaine
Bio 63 a organisé tout au long de la campagne des "tours de plaine" chez différents producteurs bio du Puy-de-Dôme pour amener…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole