Aller au contenu principal

Herbe
L'herbe, une culture à part entière dans les Combrailles

Les Combrailles étaient à l'honneur la semaine dernière lors d'une journée dédiée aux cultures fourragères organisée par la Chambre d'agriculture de Puy-de-Dôme.

La journée Herbe Richesse des Combrailles a réuni une centaine de visiteurs à Villossanges.

L'herbe était encore une fois au cœur d'une journée technique organisée par la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme. Après le Livradois-Forez l'an passé, c'était au tour des Combrailles d'accueillir l'évènement "Herbe Richesse des Combrailles". Une plateforme d'essais a été implantée à Villossanges où les thématiques du semis sous-couvert, du matériel en cuma, de la fertilisation organique, la récolte des foins et l'incorporation des méteils dans la ration des vaches allaitantes ont été largement détaillés. Une centaine de personnes a fait le déplacement.

Le semis sous-couvert n'est plus une option

Comme sur la plateforme livradoise de l'an passé, l'herbe et ses techniques d'implantations ont fait l'objet de plusieurs essais. Le semis sous-couvert, tant sur sa réalisation que son coût, a été exposé aux agriculteurs à travers deux ateliers. Le sujet devient habituel lors de ces journées techniques. La répétition des périodes de sécheresse et de fortes chaleurs, complexifie l'implantation durable des prairies mettant à mal "l'autonomie fourragère des élevages, (...) la priorité de chaque éleveur" témoigne Éric Bonnabry, élu à la Chambre d'agriculture.
Deux types de semis sous-couvert ont été testés. Le premier est un semis de printemps sous couvert de céréales soit une orge pour la moisson ou une avoine pour le fourrage. "C'est la méthode la plus classique et la plus pratiquée aujourd'hui" souligne Stéphane Violleau, conseiller fourrage à la Chambre d'agriculture. Elle se décline en deux variantes : semis de la céréale à l'automne puis de la prairie au printemps ou semis de la céréales et de la prairie au printemps.
Le second essai est plus original puisqu'il s'agit d'un semis d'automne sous-couvert de céréales. Dans ce cas, la céréale et la prairie sont semées en même temps en octobre. "L'idée est de permettre à la prairie de bénéficier de plus de temps pour s'implanter." Le couvert est ensuite récolté au printemps.
Dans les deux cas, le semis sous-couvert occasionne un surcoût de 30% mais au regard des conditions climatiques de ces dernières années "ce n'est plus vraiment une option".

"Top foin" ou comment bien le récolter

La qualité de la récolte est aussi l'un des piliers fondamental de l'autonomie fourragère. Présentés par l'EDE du Puy-de-Dôme, les résultats de l'essai régional "Top foin" le démontrent. "La date de récolte ne suffit pas à garantir la qualité du fourrage, les conditions jouent un rôle prédominant" explique Jean Zapata. Cinq départements de la région Auvergne-Rhône-Alpes ont conduit cet essai dont le principal objectif était de déterminer l'impact de diverses pratiques sur la qualité du fourrage. Au total, sept parcelles de prairie permanente ont servi de support pour trois modalités, avec une base commune d'un fauchage après la rosée puis :
- un fanage immédiat,
- un premier fanage à J+1 puis tous les jours,
- un premier fanage à J+1 puis rien jusqu'au pressage.
Les taux de matières sèches ont été analysés. "Les résultats sont peu notables entre un fanage immédiat et à J+1." Le conseiller attire toutefois l'attention sur le taux de Matière Azotée Totale (MAT) en "nette diminution avec une pratique de fanage immédiat".
Cet essai est appelé à être renouvelé, comme d'autres présents sur la plateforme de Villossanges.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les bâtiments agricoles ont été la cible de grêlons de la taille parfois supérieure à une balle de tennis. De nombreux dégâts sont à déplorer également sur les cultures et l'herbe.
Grêle et orages : les épisodes de trop !
Le Puy-de-Dôme a été touché le week-end de la Pentecôte par de violents orages qui ont détruit des cultures et endommagé…
Tournée calamités des Combrailles : un point de départ pour bâtir le dossier « calamités ».
Grêle : et après ?
Alors que les orages de grêle ont dévasté cultures et bâtiments le week-end de la Pentecôte, les agriculteurs éprouvés par ce…
En l'espace de 24 heures, deux vaches de Patrick Boyer ont été dépecées par les vautours dont une où la mort de l'animal n'est pas certaine avant l'intervention des charognards.
Les vautours réapparaissent près d’Égliseneuve-d'Entraigues
Les vautours fauves ont refait leur apparition dans le Puy-de-Dôme près d'Égliseneuve d'Entraigues où Patrick Boyer, éleveur de…
Lors de l’assemblée générale de la section auvergnate d’Unisylva à Brioude, la coopérative forestière est revenue sur le contexte actuel exceptionnel qui marque la première hausse significative des prix depuis plus de 30 ans.
Les marchés forestiers à des niveaux historiques
La coopérative forestière Unisylva clôture l'année 2021 sur un bilan positif grâce à un contexte exceptionnellement favorable au…
Droit à l’essai : un an de dialogue pour s’associer sur de bonnes bases
Très investies dans la structure Gaec et Sociétés, Brigitte Troucellier, agricultrice dans le Cantal et Maryse Font, agricultrice…
La journée Herbe Richesse des Combrailles a réuni une centaine de visiteurs à Villossanges.
L'herbe, une culture à part entière dans les Combrailles
Les Combrailles étaient à l'honneur la semaine dernière lors d'une journée dédiée aux cultures fourragères organisée par la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole