Aller au contenu principal

« Les voyants au vert doivent se concrétiser en prix au producteur »

David Chauve, Président de la Fédération départementale des Producteurs laitiers

Après plusieurs années de conjoncture morose, comment se situe le marché laitier actuellement ?


Sur le plan européen, la collecte laitière baisse régulièrement depuis le mois d'août. En parallèle, le stock de poudre de lait qui avait atteint des sommets, a été écoulé sur le marché entrainant un assainissement total du marché des produits industriels.
En France la production décroche de 3 à 5% par semaine  notamment à cause du manque de stocks fourragers. Cette tendance devrait se poursuivre jusqu'au printemps.
Le rééquilibrage entre l'offre et la demande conduit à raffermir les marchés. Le contexte du marché laitier est donc désormais favorable à une hausse des prix à la production.

La loi alimentation doit permettre de revaloriser le prix au producteur. Comment cela se concrétise-t-il alors que les négociations commerciales annuelles battent leur plein ?


Dans le cadre des négociations commerciales actuelles, il est indispensable que les bonnes intentions affichées par les différents acteurs de la filière lors des États généraux de l'alimentation se concrétisent par une dynamique des prix à la production ô combien indispensable pour une juste reconnaissance des efforts consentis par les producteurs. Les marges de manoeuvre ne sont pas chez eux ! Les accords passés récemment entre Lactalis et Leclerc, Sodiaal et Lidl doivent lancer une dynamique positive et traduisent, enfin, un état d'esprit plus respectueux de celles et ceux qui créent de la valeur au quotidien.

Dans ce contexte plutôt favorable, qui laisse espérer une amélioration de la situation pour les producteurs laitiers, quels sont les chantiers syndicaux en cours ou à venir ?


Le premier chantier sera de s'assurer de la prise en compte des évolutions de la Loi Alimentation par tous les distributeurs et tous les transformateurs, y compris les coopératives. A ce titre la FNPL met l'enjeu coopératif en première ligne des chantiers 2019 avec trois enjeux majeurs : la rémunération des sociétaires, la performance des coopératives et leur gouvernance. Comment imaginer que la coopération, Organisation de Producteurs la plus aboutie, ne joue pas le jeu et refuse d'appliquer les évolutions législatives obtenues de haute lutte par d'autres producteurs ! Ainsi, la FNPL défend l'ordonnance sur la coopération qui prévoit de faire appliquer la loi Alimentation aux coopératives.
Le second chantier concerne l'interprofession laitière (CNIEL). A l'heure de la mise en oeuvre du plan de filière laitière où l'interprofession tient un rôle central en matière de diffusion de coûts de production, de paiement à la qualité, etc., la coopérative Sodiaal fait cavalier seul et propose sans concertation sa propre grille qualité. C'est inacceptable et ce, à double titre. D'abord parce qu'en l'état, la grille est trop défavorable aux producteurs. Ensuite parce qu'il est indispensable de renforcer cette instance qui a permis jusqu'ici de garantir une certaine équité entre producteurs. Alors que le discours des dernières années poussait à récompenser la qualité, les producteurs font aujourd'hui le triste constat qu'à qualité de lait égale un nouveau coup de rabot de 4 à 5 EUR/1000l leur est imposé.
Il n'est pas concevable que des producteurs en responsabilité puissent autant affaiblir et isoler d'autres producteurs. Même confrontée à des lobbyings destructeurs, la coopération incarne des valeurs qu'elle ne doit pas perdre de vue et qui ont fait sa force jusqu'à aujourd'hui !
Il est temps de retrouver les fondamentaux pour que les producteurs se comprennent entre eux et continuent à avancer collectivement.

Propos recueillis par Fabienne Antheaume

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les utilisateurs de l’abattoir réunis le 10 novembre à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture.
L'abattoir d'Ambert face à son avenir
Le 10 novembre, à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, était organisée une réunion d’information…
Parmi les sujets abordés, le projet alimentaire territorial sur le bassin de St-Eloy, mais aussi l’irrigation.
Une sérénité nécessaire dans les exploitations
Chambre départementale d’Agriculture, FNSEA 63 et Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme ont rencontré jeudi 28 octobre Guilhem Brun…
Faucheuse dans un champ
L'attrait pour les légumineuses relance les essais
Cette année encore les conditions climatiques n'ont pas favorisé le développement des légumineuses à graines dont le rendement…
Le Pass'installation pour les jeunes installés
Le 9 novembre, la Fédération des Caisses locales Groupama Puy-de-Dôme organisait sa journée annuelle Pass'installation destinée…
Bâtiment d'élevage
Vingt-et-une nouvelles communes classées en Zone Vulnérable
Suite à la révision des zones vulnérables engagée en 2020, la Préfète coordinatrice du bassin Loire-Bretagne a arrêté, le 30 août…
Les administrateurs de l'APLM ont profité d'une dégustation du fromage de raclette Mont Lait  dans les salons de l'Assemblée nationale pour sensibiliser députés et sénateurs du Massif central à la création d'un label Lait de Montagne.  Ici Eric Germain, trésorier de l'APLM aux côtés d'André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme.
Un label pour valoriser la Montagne
Alors que la notion " Montagne " est aujourd’hui galvaudée sur les marchés des distributeurs, l’Association des producteurs de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole