Aller au contenu principal

VOLAILLES
Les volailles françaises résistent grâce aux français

La filière enregistre une forte baisse de ses exportations, hors-pays du Moyen-Orient, en raison de l'épidémie d'Influenza Aviaire tandis que l'accord Mercosur prévoit une augmentation des importations.

Groupe de volailles

La filière volaille française résiste à la crise Covid et Influenza Aviaire grâce à la consommation des français. Celle-ci a augmenté de +9,3% dans les foyers en 2020 avec un record de +12,3% pour le poulet. A contrario, le canard, la caille ou encore la pintade souffrent de la fermeture de la RHD. La baisse de la consommation de ces viandes entraîne une réduction de la production de plus de 12% pour chaque espèce représentant une perte de chiffre d'affaires entre 25 et 30% pour les éleveurs.

"+ 20% sur les coûts de production"

Ce contexte sanitaire inquiète cependant moins les professionnels que la tendance actuelle. L'accord du Mercosur revient sur le devant de la scène avec une augmentation des importations de viandes de volailles, une baisse des exportations en raison de l'épidémie Influenza Aviaire et surtout la flambée des prix des matières premières.
" La prévision au 1er semestre 2021 est une augmentation moyenne de +20% du coût des matières premières. Par rapport à février 2020 nous sommes déjà à +24% " détaille Jean-Michel Schaeffer, président d'Anvol lors de la conférence de presse du 9 mars. L'Interprofession des volailles de chair explique cette flambée par une baisse de la valeur du dollars, l'augmentation de la demande chinoise dans ces matières, une diminution de la production et une importante spéculation. " Les coûts de production pour l’éleveur augmentent de +9% [...] s'il ne sont pas répercutés sur le produit fini cela représentera une perte de 14% de revenu aux producteurs." Début janvier, Anvol est parvenu à faire passer une première hausse auprès des GMS et une seconde a été soumise début mars. "Les négociations se concluront en avril-mai."

Chute des exportations et menace de l'import

Dans le même temps, l'épidémie d'Influenza Aviaire met à mal les exportations de viande de volailles vers les pays tiers. "Dès lors que des élevages sont touchés, la France perd son immunité au regard des autres pays. Ils ferment leurs frontières à nos volailles" souligne Anne Richard, directrice d'Anvol. En moyenne, l'exportation représente un marché de plus de 216 millions d'euros pour la filière.
Parallèlement, les importations de volailles se poursuivent avec une pente légèrement ascendante malgré le recul en 2020. "L'importation de poulet représente encore 41% en 2020 (contre 44% en 2019) et 33% pour les autres volailles (contre 35% en 2019)." L'accord du Mercosur n'est pas pour améliorer la situation puisqu'il prévoit une augmentation de +180 000 tonnes des importations "soit 6 millions de poulets/semaine". L'Interprofession bataille donc ferme avec les transformateurs, distributeurs et restaurateurs pour imposer l'obligation de l'origine des viandes, y compris dans les produits transformés. "Près de 9 français sur 10 préfèrent consommer de la volaille française" assure Jean-Michel Shaeffer. Une volaille sur laquelle les producteurs ont considérablement amélioré la production en réduisant notamment de 60% l'usage des antibiotiques.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale
Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux…
Nicolas Chatard, nouveau président JA63.
Le nouveau président de JA 63 entre innovation et persévérance
Nicolas Chatard a été élu président du syndicat Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme avec une nouvelle équipe et succède ainsi à…
Le COTI du 5 mai dernier a rassemblé, à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la profession agricole et para-agricole, des élus locaux et l'enseignement agricole.
Installation/transmission et DJA, évolutions plus ou moins favorables
Une nouvelle DJA financée, non plus par le Feader mais par les Régions, devrait voir le jour le 1er janvier 2023 avec un montant…
Après plusieurs années d'augmentation, les effectifs de la Limousine se stabilisent en 2022.
L’Aubrac et la Limousine augmentent, la Salers se stabilise et la Charolaise décroche
Les effectifs bovins allaitants dans le Puy-de-Dôme sont en baisse chaque année mais certaines races résistent mieux que d'autres…
« Le contrat : une arme de proposition massive que doivent utiliser les éleveurs »
Alors que la décapitalisation s’accélère dans un contexte de hausse de charges sans précédent, la vente des animaux aux coûts de…
La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir
La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole