Aller au contenu principal

Les trichogrammes volent dans la Limagne

Alexandre Bresson, agriculteur à Entraigues dans le Puy-de-Dôme utilise les trichogrammes dans la lutte contre la pyrale du maïs depuis 1998.

Alexandre Bresson, agriculteur à Entraigues utilise les trichogrammes contre la pyrale du maïs depuis 20 ans.

Agriculteur à Entraigues, Alexandre Bresson cultive 111 ha de blé, maïs, tournesol et betterave, sur lesquels il n’hésite pas à multiplier différentes techniques de production. En 1998, il emploie pour la première fois les trichogrammes. Ces petites guêpes quasi microscopiques pondent leurs œufs dans les larves de pyrales, luttant ainsi contre ce ravageur du maïs. Une méthode aujourd’hui qualifiée de biocontrôle qu’Alexandre Bresson renouvelle chaque année.

Pratique, efficace et inoffensif


Les trichogrammes, l’agriculteur de Limagne n’en voit que des avantages et surtout celui d’être inoffensif pour la santé humaine. « Nous sommes les premiers exposés aux produits phytosanitaires. Les maïs semences, je suis dedans du matin au soir. Avec cette méthode, il n’y a pas de délai d’entrée dans le champ comme après l’épandage d’un produit. C’est quand même mieux pour la santé de mes saisonniers et la mienne ! »


L’efficacité de la méthode a également convaincu Alexandre Bresson. Depuis 20 ans, il répète chaque année le même rituel. Aux alentours de la fin juin, au stade 10-12 feuilles du maïs, il installe une petite boîte sur les feuilles des plantes. A l’intérieur, trois générations d’œufs de trichogrammes qui écloront à différentes dates permettant ainsi de couvrir une longue période. Cette campagne, il en a installé sur 34 ha avec l’aide de quatre saisonniers. A raison d’une boîte tous les 18 mètres, l’agriculteur a comptabilisé au total près de 15 heures de travail. « Cette méthode est plus coûteuse en lain-d’oeuvre mais elle est efficace et plus flexible. Ni la pluie, ni le vent ou la chaleur ne sont contraignants pour la pose des boîtes. Elle me permet de garder les auxiliaires dans la culture. C’est une solution qui fonctionne ! »

Alexandre Bresson regrette néanmoins que ces méthodes de biocontrôle ne soient l’objet d’aucun soutien. Conscient qu’elles peuvent être « difficilement accessibles à tous les agriculteurs » en raison de leur surcoût, « une aide » en leur faveur « motiverait peut-être les troupes ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole