Aller au contenu principal

«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »

Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme revient sur cette fréquentation record.

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.

A moins de vivre en hermite, il était difficile de ne pas s'apercevoir cet été d'une certaine affluence dans le Sancy. Sur les routes, les chemins, au bord des lacs... les touristes étaient omniprésents à compter de la mi-juillet. Une fréquentation en forte hausse cette année, bénéfique aux acteurs économiques du territoire. Les chiffres exacts sont encore attendus mais Luc Stelly, directeur de l'Office de tourisme du Sancy dresse déjà un premier bilan.

A quelle date la saison touristique a-t-elle démarré dans le Sancy ?

Le début de la saison a été assez tardif avec un véritable pic le week-end du 14 juillet. Le redémarrage a été très intense puisque les 15 permiers jours ont suffi à compenser les pertes du manque de fréquentation de mai et juin ! Il s'est poursuivi jusqu'à fin août. D'ordinaire, nous connaissons un tel pic les deux premières semaines du mois d'août et non durant cinq semaines.

Qu'entendez-vous par forte fréquentation... Avez-vous des chiffres ?

Nous n'avons pas encore de chiffres exacts. La Vallée de Chaudefour par exemple a des compteurs en pleine nature; il faut attendre leur relevé. Les téléphériques du Sancy ont réalisé +50% de passage en juillet et +34% en août. Le taux de remplissage des hébergeurs est également connu avec 83% des logements occupés en août (+6% par rapport à 2019). Les touristes ont visité l'ensemble du territoire et utilisé la majoritée des services (téléphérique, chemins de randonnées, restaurants...). En somme, la saison a été courte mais très intense. Nous ne nous attendions pas à tant d'engouement.

Quels types d'hébergements ont été plébiscités par les touristes ?

Les gîtes et les locations de maison ont été très demandés ainsi que les campings. Les hôtels ont néanmoins un très bon taux de remplissage puisque les premiers hébergements ont été pris d'assaut. Les professionnels ont observé cette année, plus que d'habitude, un réel phénomène de réservation à la toute dernière minute. Certains hôtels avaient des réservations pour le jour même.

Et aucun professionnel du tourisme ne s'attendait à cette affluence ?

Je crois que nous avons tous été très surpris. On m'aurait dit en juin que les choses seraient ainsi, je ne l'aurais pas cru ! Malgré la surprise et les difficultés engendrées, c'est une très bonne nouvelle pour tous les acteurs du tourisme du Sancy. Le cas contraire aurait été réellement préjudiciable. Bien sûr, nous avons œuvré à cette fréquentation puisqu'il y a eu des plans de communication dans ce sens.

Cette arrivée massive de touristes a néanmoins créé des dysfonctionnements ?

Nous avons en effet observé l'émergence de problématiques. Nous avons pu intervenir rapidement sur certaines d'entre elles telle que l'augmentation de la fréquence du ramassage des ordures ménagères. D'autres, à contrario, demandent des aménagements à moyen et long termes. C'est le cas par exemple des parkings à proximité de quelques sites, comme les cascades et la Vallée de Chaudefour. Certains d'entre eux demandent simplement l'installation de panneaux indicatifs supplémentaires et d'autres des travaux un peu plus conséquents, en veillant bien entendu à respecter la nature du site en question.

La saison est-elle terminée ?

Non, pas encore, elle se poursuit malgré la situation sanitaire avec les retraités actifs. Les réservations dans les hébergements se poursuivent, notamment sur les vacances de Toussaint. Le taux de réservation habituel pour cette période est déjà atteint. Malheureusement, ceci n'est gage de rien, puisque comme tout le monde, nous dépendons des annonces gouvernementales en réponse à l'évolution de la crise sanitaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le jeu "La Grange" est une représentation simplifiée d'un territoire d'élevage. Son objectif est la co-construction par les joueurs d'une grange qu'ils devront faire évoluer au fil du temps, des contraintes et des souhaits partagés.
GAMAE : des jeux sérieux pour répondre à de sérieux enjeux
L’INRAE présente GAMAE, la première plateforme française de ressources scientifiques et techniques dédiée aux « jeux sérieux »…
Co-président du concours, Jean-Claude Faure est éleveur de charolaises au sein du GAEC des Deux villages et conseiller municipal de la commune.
Ce week-end a lieu le 35ème concours charolais de St-Gervais
La 35ème édition du concours interdépartemental charolais de Saint-Gervais d’Auvergne aura lieu les 5 et 6 novembre…
Sécheresse plans de maïs
Le département du Puy-de-Dôme reconnu pour les calamités agricoles
Une partie du Puy-de-Dôme reconnue au titre des calamités agricoles avec 158 communes concernées. Les demandes d'indemnisation…
Bâtiment d'élevage
Visites de bâtiments : une étape cruciale
Les portes ouvertes bâtiments, organisées par l’EDE et la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, auront lieu les 8, 9 et 18…
Durant la période qui précède la reprise de l’exploitation, Sylvain investit l’argent qu’il gagne dans son futur cheptel de vaches Aubrac.
Une transmission hors-cadre familial réussie !
Jean-Louis Lescure, exploitant retraité depuis octobre 2021, a eu la chance de trouver un jeune repreneur pour son exploitation.…
Méthaniseur
Méthanisation : solution d’avenir en milieu agricole
Bertrand Duprat, agriculteur méthaniseur et vice-président de l’association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF),…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole