Aller au contenu principal

Les signes officiels de qualité scrutés par les chercheurs

Trois écoles d'ingénieurs d'Occitanie ont lancé avec l'institut régional de la qualité agroalimentaire (Irqualim), une chaire d'enseignement et de recherche consacrée aux démarches de qualification en agriculture, présidée par François Purseigle, sociologue et enseignant-chercheur.

De gauche à droite : Juliette Consola, François Purseigle et Pierre Ginèbre.

Dans le cadre de cette chaire, trois thèmes principaux seront traités par les universitaires de l'INP-Ensat, de Purpan et de Supagro : l'image des produits, les nouveaux indicateurs de durabilité à prendre en compte, et le renouvellement des générations. C'est une démarche inédite qui préfigure une nouvelle relation entre le monde agricole et celui de l'université avec un objectif : apporter des réponses aux acteurs des filières agricoles alors qu'en marge des signes officiels de qualité et d'origine (SIQO¹), de nouvelles démarches de qualification des produits fleurissent un peu partout. « Les signes officiels de qualité historiques sont aujourd'hui bousculés par ces nouveaux labels. Bon nombre d'acteurs agricoles pensent à tort que ces filières qualité sont épargnées par les problématiques parce qu'elles sont créatrices de valeur. Et pourtant, leurs cahiers des charges ne font plus forcément recette auprès des jeunes », explique François Purseigle, sociologue et enseignant-chercheur. La chaire ambitionne donc de poser les bases d'une réflexion essentielle pour l'avenir des filières sous signes de qualité.

Se renouveler

« En Occitanie, nos conditions pédoclimatiques particulières ont poussé les producteurs à chercher de la valeur ajoutée à travers les SIQO. Plus de la moitié de la valeur ajoutée de la ferme Occitanie est générée par ces démarches, et elle draine avec elle des pans entiers de l'économie des territoires », insiste Pierre Ginèbre, directeur de l'Irqualim. Si ce socle vacille car les jeunes générations ne trouvent plus d'intérêt à s'y adosser, « on pourrait se réveiller demain avec une agriculture sans agriculteurs », estime François Purseigle. Les travaux de la chaire s'attacheront donc dans un premier temps à comprendre pourquoi les jeunes se détournent de ces filières « historiques ». « Les grands axes du programme d'actions 2020-2025 de la Chaire sont désormais finalisés pour un lancement des travaux dès le printemps 2020. Nouvelles attentes des consommateurs, ancrage territorial, durabilité sociale et environnementale, gouvernance des filières et renouvellement des générations, construction de la valeur, évolutions institutionnelles (PAC post-2020, loi EGalim) ...seront les principaux thèmes abordés », résume Juliette Consola, coordinatrice de la Chaire In'FAAQT. Une chaire qui est actuellement à la recherche de mécènes.

¹ Label rouge, IGP, AOP, Agriculture Biologique...

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Le Covid aura finalement eu raison du plus grand rassemblement du monde de l'élevage.
Le Sommet de l'élevage reporté en 2021
Le rendez-vous européen des professionnels de l'élevage prévu début octobre à Clermont-Ferrand ne se tiendra pas cette année.
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
A Ardes-sur-Couze, Nicolas Buffay, éleveur allaitant, a saisi avec son objectif  la présence de cette colonie de vantours.
Le vautour aurait-il changé de comportement ?
Une centaine de vautours attaque mortellement des animaux vivants et en bonne santé dans le secteur du Sancy. Un comportement «…
Philippe Chopin à l’occasion d’une conférence de presse le 24 août.
Philippe Chopin, nouveau Préfet du Puy-de-Dôme
Lundi 24 août, Philippe Chopin a endossé le costume de préfet du Puy-de-Dôme, en remplacement de Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole