Aller au contenu principal

Réglementation
Les seuils limites de mycotoxine abaissés

Les seuils européens de mycotoxine dans les céréales évoluent à partir du 1er juillet 2023 et bien que les discussions soient toujours en cours, ils devraient être abaissés.

L'abaissement des seuils en mycotoxine pourrait entraîner, dans les régions les plus touchées, une augmentation des déclassements.

Le déoxynivalénol (DON) est une mycotoxine produite notamment par les Fusarium de type gramineum. Une réglementation européenne fixe les limites à ne pas dépasser dans l'alimentation humaine et animale. À l'occasion d'un webinaire, Delphine Bouttet d'Arvalis est revenue sur cette réglementation dont les prochaines évolutions prendront place au 1er juillet 2023.
Le projet est "toujours en cours de discussion" mais déjà des premiers seuils sont évoqués et ils sont inférieurs à ceux appliqués actuellement.

"Une augmentation significative du déclassement des récoltes"

L'évolution de cette réglementation n'est pas à prendre à la légère. Avant même que les nouveaux seuils de mycotoxine n'aient été validés, Arvalis-l'Institut du Végétal a estimé que " le pourcentage de blés tendres déclassés, dans les régions les plus touchées, augmenterait de 7% si la limite évoquée était validée". La réglementation en cours impose un taux de mycotoxine inférieur à 1 250 μg/kg sur les blés tendres mais prévoit de le descendre à 1000 μg/kg. Il en va de même pour le blé dur (1 750 μg/kg à 1 500 μg/kg en 2023), le maïs (1750 μg/kg à 1 250 μg/kg en 2023) ou encore dans le pain, la pâtisserie, les biscuits et les céréales de petit déjeuner (500 μg/kg à 400 μg/kg en 2023). De tels seuils ont un impact direct sur la production. S'ils avaient été appliqués en 2021, environ 2,1% du blé tendre français auraient été disqualifiés et près de 7% du blé dur en 2020 (source France AgriMer).
Inévitablement, les pratiques de productions vont devoir s'adapter pour éviter au maximum le déclassement. D'après Arvalis, plusieurs leviers d'actions peuvent être mis en place avec en premier lieu la gestion du précédent et le choix variétal. "Avec un précédent maïs, les producteurs ne pratiquant plus le labour devront être très vigilants. Avec ces nouveaux seuils, il ne sera plus possible demain de choisir une variété avec une note DON inférieure ou égale à 5.5 après un maïs " souligne Delphine Bouttet. L'utilisation d'Outils d'Aide à la Décision permettant de "prédire" le risque de fusariose en cours de campagne risque également de devenir indispensable. D'autant plus qu'après plusieurs années d'essais, Arvalis a enregistré "une perte d'environ 2% d'efficacité/an de l'ensemble des molécules antifongiques contre la fusariose".

Les teneurs maximales d'ergot diminuent

Les seuils européens en alimentation humaine sur les sclérotes d'ergot sont également en pente descendante. Pour rappel, un sclérote d'ergot contient des alcaloïdes, dont le LSD - une drogue hallucinogène particulièrement puissante - est dérivé. La teneur maximale passe ainsi à partir du 1er juillet 2022, de 0,5 g/kg à 0,2 g/kg pour toutes les céréales à l'exception du seigle. "Cette céréale est beaucoup plus sensible, l'Europe se donne plus de temps pour baisser la limite."
Cette réglementation est valable aussi bien en filières longues qu'en vente directe ! Les produits transformés, jusque-là exemptés, sont concernés. Ainsi, les produits issus de mouture d'orge, de blé, d'épeautre et d'avoine devront contenir moins de 100 μg/kg d'alcaloïdes d'ergot (0,2 g/kg de sclérotes contient 620 μg/kg d'alcaloïdes d'ergot).
Dans les parcelles, les adventices, et surtout le vulpin, sont porteurs de ce champignon. La gestion du désherbage est donc primordiale car une fois présents, les sclérotes d'ergot peuvent survivre pendant deux ans dans le sol.
Ce durcissement de la réglementation ne semble pas s'accompagner d'un effet miroir sur les semences. "On peut trouver des sclérotes dans les semences certifiées."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

La FCO-8 s'avère inhabituellement virulente. Les éleveurs sont appelés à la vigilance.
FCO-8 : situation préoccupante au sud du Massif Central
Depuis début août, le Sud du Massif Central est concerné par des cas cliniques de Fièvre Catarrhale Ovine-sérotype 8 sur bovins…
David Chauve est éleveur dans le Puy-de-Dôme, installé avec son épouse en Gaec en production laitière.
David Chauve : « L’agriculture n’est pas un jeu. Les agriculteurs ne sont pas des pions »
Secrétaire général de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes, David Chauve estime que le Gouvernement doit cesser de mener en bateau les…
En raison d'une contamination bactériologique du réseau d'eau potable, la dizaine de producteurs de Chastreix a été contrainte de suspendre la transformation fromagère.
À Chastreix, les producteurs de Saint-nectaire forcés d'être à l'arrêt
Chastreix a connu la semaine dernière une contamination bactériologique de son eau potable suspendant sa consommation et la…
Groupe d'éleveurs adhérents à Cabriol63, lors de la visite du Gaec de la ferme de la Credogne à Puy-Guillaume.
Cabriol63 : ensemble, ils vont plus loin !
En 2021, un groupe d’éleveurs caprins et ovins lait puydômois fonde Cabriol63. Depuis, de nombreuses portes s’ouvrent, avec…
Patrick Bénézit est éleveur dans le Cantal. Il préside depuis cette année la Fédération nationale bovine.
Pourquoi l'élevage n'est pas le problème mais la solution à bien des maux ?
Après une période marquée par des attaques répétées envers l’élevage y compris au niveau de l’Etat, Patrick Bénézit, président de…
Journée "Boulange Collective" autour de la panification de farines de blé en pur et en mélange en mars dernier.
Paysan-boulanger, ça ne s'invente pas
Devenir paysan-boulanger demande d'avoir bien préparé son projet en amont et d'avoir un minimum de formation.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole