Aller au contenu principal

Fourrages
Les semis de prairie à l'étude

La plateforme "Herbe Richesse du Forez" à Saint-Just est dédiée à plusieurs essais dont l'un d'entre eux se concentre sur l'implantation de prairies sous couvert de céréales ou de méteil d'automne.

La plateforme «Herbe Richesse du Forez» à Saint-Just est dédiée à plusieurs essais dont les différents résultats et analyses seront présentés le 3 juin prochain

A Saint-Just dans le Livradois-Forez, la plateforme d'essais "Herbe Richesse du Forez" est dédiée à l'évaluation de plusieurs techniques culturales. La Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, de la Haute-Loire et de la Loire ont installé, entre autres, un essai pour évaluer différents itinéraires techniques d'implantation de prairies temporaires.

Labour or not labour ?

Treize bandes ont été semées pour évaluer l'impact des pratiques sur la vie du sol et les résultats de la prairie. "Les agriculteurs se posent de plus en plus de questions sur les impacts de leurs travaux sur leur sol" témoigne Stéphane Violleau, conseiller fourrages à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme.
La plateforme comprend plusieurs bandes "témoins" semées sur un sol nu, après un labour, en fin d'été, autrement dit suivant un "itinéraire classique". "Le labour permet une meilleure gestion des adventices, de l'enfouissement des effluents et résidus de culture. Cependant, il a l'inconvénient d'alourdir les charges de travail et d'avoir des impacts lourds sur le sol (érosion, bouleversement de la vie biologique…)."  Alors quelles solutions ?
La première est l'implantation de prairie sans labour. Son premier avantage est de réduire les coûts des travaux et le temps de travail (0,40 h à 1h55/ha). Surtout la technique préserve la structure du sol, favorise la vie microbienne, la concentration des éléments nutritifs, limite l'assèchement en profondeur et les risques d'érosion. Sur la plateforme, plusieurs itinéraires techniques (ITK) ont été testés : semis direct, semis sur travail du sol simple (après déchaumage) et un semis après déchaumage plus combiné herse rotative. Entre ces trois ITK, le coût et le temps de travail augmentent en fonction du nombre de passages. Quant à la réussite de l'implantation, plus le sol est travaillé plus la prairie est bien en place et le salissement maîtrisé. " Du moins c’est ce que nous observons jusqu’alors " tempère Stéphane Violleau.

Semis sous couvert

Plus innovant, la Chambre d'agriculture a semé plusieurs bandes sous couvert de céréales ou méteil d'automne. La technique permet de retarder les semis de prairies à l'automne en cas de sécheresse en fin d'été. Le couvert va ainsi préserver la jeune prairie et offrir une couverture du sol plus rapide. "Elle permet d'assurer une récolte de stock fourrager dès le printemps suivant avec la récolte du méteil, tout en laissant le temps à la végétation prairiale de s'implanter."
Deux méthodes ont été testées. La première est un semi à l'automne, en même temps que le méteil permettant une récolte précoce de ce dernier au printemps. "La technique est satisfaisante sur les prairies de courte durée (ray-grass). Nous poursuivons les observations et les analyses pour se prononcer sur les prairies de longue durée." Le point noir de cet ITK est le coût de la semence.
La seconde méthode consiste en un semis en sortie d'hiver, sous couvert d'une céréale ou méteil semé à l'automne. "Il faut viser un semis de la prairie proche du stade épi 1 cm."
Les analyses des prairies sont encore en cours. Les résultats finaux de ces essais seront connus après les premières récoltes et lors de leur présentation le 3 juin prochain à l'occasion de la journée dédiée à l'"Herbe Richesse du Forez".

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Jacques Chazalet, président du Sommet, est optimiste quant au maintien de l’évènement en octobre prochain à la Grande Halle d’Auvergne.
Une édition 2021 maintenue avec pass sanitaire
A quatre mois de l’ouverture, les organisateurs du Sommet de l’élevage (du 5 au 8 octobre) affichent optimisme et prudence en…
La pullulation de campagnols reste un réel fléau sur certains secteurs.
Une aide d’urgence pour soutenir des agriculteurs victimes du rat taupier
Face à la présence incessante du rat taupier sur certains secteurs du département, le Conseil Régional Auvergne Rhône- Alpes a…
Aulx
L’industrie Rochias en pourparlers avec les agriculteurs
L'entreprise Rochias, spécialisée dans l'ail déshydraté, s'est récemment rapprochée de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme…
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme.
« Prendre à l'un pour donner à l'autre : une solution inacceptable »
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme, revient sur les principales annonces du plan stratégique national (PSN)…
Huit exploitations de Limagne Nord se sont équipées de sondes capacitives qui mesurent tous les 10 cm sur une profondeur totale de 60 cm, la quantité d'eau disponible pour les plantes.
Huit sondes capacitives installées en Limagne nord
La Cuma des Marais et des adhérents du CETA Val de Morge ont investi dans plusieurs sondes capacitives pour piloter au mieux leur…
« France, veux-tu encore de tes éleveurs allaitants ? »
Conjoncture, prix, travaux de filière mais aussi PAC 2023 et problématiques locales à l’ordre du jour de la section bovine du 7…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole