Aller au contenu principal

Interview
" Les retraites agricoles méritent bien mieux que des promesses sans lendemain "

La réforme des retraites agricoles, celle qui va faire passer le minimum de retraite des chefs d’exploitation de 75 à 85 % du Smic, est entrée en vigueur le 1er novembre. Explications avec Luc Smessaert, vice-président à la FNSEA.

Luc Smessaert, vice-président de la FNSEA

Est-ce un soulagement pour vous de voir passer le minimum de retraite des
chefs d’exploitation de 75 à 85 % du Smic ?

Nous ne le dirons jamais assez à la FNSEA : c’est le fruit d’un combat que nous avons mené tous ensemble, ceux qui nous ont précédés, nous-mêmes en nos qualités de membres du bureau, de la Section nationale des anciens exploitants (SNAE) et de la Commission nationale des agricultrices (CNA) pendant dix-huit ans ! Vous rendez-vous compte : presque vingt années d’efforts continus. Concrètement, cette revalorisation concerne les chefs d’exploitations actuellement retraités et les nouveaux retraités qui bénéficient d’une carrière complète, tous régimes confondus dont au moins 17,5 ans en tant que chef d’exploitation à titre principal. Le minima est fixé à 1 035,57 € par mois pour une carrière complète de chef d’exploitation. Il est accordé au prorata pour des carrières agricoles incomplètes. Le minima est accordé compte-tenu des retraites de base et complémentaires tous régimes versées au bénéficiaire. Cette réforme vient réparer une partie de l’injustice dont notre profession a été et reste parfois la victime. Elle vient apporter aux retraités, au-delà d’un pouvoir d’achat supplémentaire et mérité, une reconnaissance indispensable pour les efforts consentis et les nombreuses contributions qu’ils ont apportées à l’agriculture et à la société. Oui, ce n’est que justice. Je précise toutefois que cette réforme s’applique depuis le 1er novembre pour les pensions du mois de novembre 2021 qui seront versées entre le 5 et le 10 décembre prochain.


Ce combat est-il terminé ? Avez-vous d’autres chantiers en cours ?
Les dossiers sont encore nombreux sur le front social, en particulier celui des retraites minimum des conjoints. Le 17 juin dernier, les députés ont voté, à l’unanimité ce qui est assez rare pour être souligné, une revalorisation à 700 € par mois du minimum de retraite des conjoints et des aides familiaux à carrière complète, contre 555 € à ce jour, sur l’initiative du député André Chassaigne (PCF, Puy-de-Dôme) appuyé par la députée Jacqueline Dubois (LREM, Dordogne) et son collègue Olivier Damaisin (LREM, Lot-et-Garonne). C’est d’ailleurs André Chassaigne qui a aussi été à l’origine de la loi revalorisant les minima de retraite des chefs d’exploitation. Il faut maintenant que les sénateurs examinent le texte, ce qui sera fait le 9 décembre. Les sénateurs, pour des raisons bassement électoralistes et de politique politicienne, ont traîné un peu des pieds. Il faut bien qu’ils prennent conscience des conséquences d’un tel retard, qui priverait 210 000 conjoints et aides familiaux, dont 67 % de femmes, d’une revalorisation moyenne de 100 euros de leur retraite ! Une telle attitude n’est pas acceptable et la FNSEA, tant au plan national que départemental, fera pression sur les sénateurs pour qu’ils votent ce texte de façon conforme. D’ailleurs, si il est voté conforme, il pourrait entrer en vigueur le 1er janvier 2022.


Le statut du conjoint collaborateur est-il inclus dans ce texte ?
Naturellement, la proposition de loi Chassaigne 2, telle qu’elle est surnommée, prévoit de limiter la durée du statut de conjoint collaborateur à cinq ans à compter du 1er janvier 2022. La Délégation aux droits des femmes du Sénat avait interrogé les syndicats agricoles, notamment la FNSEA, en vue de la rédaction de son rapport " Femmes en ruralités ". Tout le monde était tombé d’accord sur la nécessité de limiter ce statut à cinq ans. À l’issue, le conjoint aura le choix : soit devenir salarié, soit exploitant/co-exploitant. Ce statut est important car il peut générer d’autres droits sociaux connexes : congés payés, protection santé, congés maternité, etc. Le texte Chassaigne 2 prévoit enfin de demander aux caisses de MSA une information des bénéficiaires potentiels de l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA : ex-minimum vieillesse). Le droit à ce minima social est ouvert aux retraités non-salariés agricoles comme à tous les retraités. Il est pourtant peu sollicité. Pour toutes ces raisons, ce texte est véritablement important. Il est urgent de le voter. Parce que les retraites agricoles méritent bien mieux que des promesses sans lendemain. À travers le texte Chassaigne 2 et les réformes abouties et engagées, nous donnons également un signal fort aux générations actuelles et futures pour leur dire que leur travail doit être et sera reconnu.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les utilisateurs de l’abattoir réunis le 10 novembre à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture.
L'abattoir d'Ambert face à son avenir
Le 10 novembre, à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, était organisée une réunion d’information…
Parmi les sujets abordés, le projet alimentaire territorial sur le bassin de St-Eloy, mais aussi l’irrigation.
Une sérénité nécessaire dans les exploitations
Chambre départementale d’Agriculture, FNSEA 63 et Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme ont rencontré jeudi 28 octobre Guilhem Brun…
Faucheuse dans un champ
L'attrait pour les légumineuses relance les essais
Cette année encore les conditions climatiques n'ont pas favorisé le développement des légumineuses à graines dont le rendement…
Le Pass'installation pour les jeunes installés
Le 9 novembre, la Fédération des Caisses locales Groupama Puy-de-Dôme organisait sa journée annuelle Pass'installation destinée…
Bâtiment d'élevage
Vingt-et-une nouvelles communes classées en Zone Vulnérable
Suite à la révision des zones vulnérables engagée en 2020, la Préfète coordinatrice du bassin Loire-Bretagne a arrêté, le 30 août…
Les administrateurs de l'APLM ont profité d'une dégustation du fromage de raclette Mont Lait  dans les salons de l'Assemblée nationale pour sensibiliser députés et sénateurs du Massif central à la création d'un label Lait de Montagne.  Ici Eric Germain, trésorier de l'APLM aux côtés d'André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme.
Un label pour valoriser la Montagne
Alors que la notion " Montagne " est aujourd’hui galvaudée sur les marchés des distributeurs, l’Association des producteurs de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole