Aller au contenu principal

Les professionnels fustigent les propositions du Gouvernement

Face à des propositions gouvernementales « inacceptables », la profession agricole a quitté la réunion de concertation.

Les attaques du loup sur un élevage sont très souvent vécues comme un véritable traumatisme pour l’éleveur.

Mardi dernier, à Lyon, les ministres de la Transition écologique et solidaire, et de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Forêt n’ont pas marqué des points auprès des éleveurs. C’est le moins que l’on puisse dire, tant les mesures qu’ils ont annoncées pour faire face au loup, paraissent à deux milles lieux des réalités du terrain.

« Les éleveurs et l’élevage dans sa globalité sont sacrifiés au nom de la protection et de l’expansion du loup en France », résume Claude Font, responsable du dossier «loup » à la Fédération nationale ovine.

Les nouvelles propositions du plan loup consistent à conditionner l’indemnisation des dommages dus au loup à la mise en œuvre de mesures de protection, à prioriser les tirs d’effarouchement et de défense simple, à restreindre la délivrance des tirs de défense renforcée, et à interdire les tirs de prélèvement avant la fin de l’été avec la volonté affichée de fortement les réduire voire les supprimer…

« La paix pour les éleveurs, et zéro attaque sur leurs troupeaux »

« Alors que le nombre d’animaux domestiques tués par les loups est désormais annuellement supérieur à 10 000 et que le coût budgétaire dépasse les 26 millions d’euros, comment un État responsable peut-il à ce point faire fausse route. Par ces mesures, il encourage l’augmentation du nombre de loups », déplore la Fédération nationale ovine dans un communiqué.

Dans ces conditions, les organisations agricoles (FNSEA, JA, APCA, FNO) envisagent de cesser les discussions. « Nos propositions pour le plan loup 2018/2022 ont été balayées d’un revers de la main ! Nous ne pouvons tolérer cette manière de travailler alors que les éleveurs se trouvent dans une profonde détresse à cause de ce prédateur et quittent le métier sans être remplacés. Si les deux ministères refusent de nous écouter et de nous respecter, les éleveurs de France sauront faire entendre leur voix, leur lassitude et leur désespoir de quelle que manière que ce soit ! Notre objectif reste le même : la paix pour les éleveurs et zéro attaque sur leurs troupeaux » , concluent les professionnels, dans une déclaration commune.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole