Aller au contenu principal

Prix  du  lait
Les producteurs revendiquent 500 €/1000 litres de lait

Dans un contexte de flambée des prix et de sécheresse sans précédent, les responsables professionnels de la région demandent à la filière laitière d’agir pour une revalorisation rapide du prix du lait.

De gauche à droite : Laurine Rousset, présidente JA43, Eric Richard, président de la section laitière FDSEA43, Stéphane Joandel, président de la section laitière régionale, Vincent  Chirent, producteur de lait 63 et Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA63 ont procédé à une  vérification des prix du lait au supermarché E.Leclerc à Clermont-Ferrand

Les représentants de la FRSEA et des Jeunes Agriculteurs Auvergne Rhône-Alpes ont procédé mardi 9 août à une vérification du prix lait dans les rayons du supermarché E. Leclerc à la Pardieu (Clermont-Fd). Cette mobilisation s’inscrit dans l’action des producteurs qui demandent à la filière une hausse significative du prix du lait. « Nous agissons pour l’avenir et la sauvegarde de l’élevage laitier français » s’est exprimé Stéphane Joandel, président de la section laitière régionale, dans le cadre d’une conférence de presse organisée dans le supermarché.  

Le prix du lait français sous la moyenne européenne

Les producteurs de lait font face actuellement à une flambée des charges conjuguée à une sécheresse sans précédent alors que la rémunération reste la plus faible d’Europe. « Pour la première fois depuis fin 2017, le prix français est passé sous la moyenne européenne. Nos collègues perçoivent jusqu’à 100€ de plus/1000 litres ; en Allemagne le prix payé au producteur est de 500 €/ 1000 l ! » affirme Eric Richard, président des producteurs de lait de la Haute-Loire. Sur les étals du supermarché, le litre de lait est affiché en moyenne à 1,32€ alors qu’il est payé 0,40€ au producteur. Une marge que le directeur commercial de chez Leclerc, Grégoris Florient, justifie par les charges supportées par l’enseigne mais qui ne convainc pas les producteurs… En effet, sur la marque de distributeur (MDD) le prix du lait de consommation 1/2 écrémé est à 0,71€ le litre, inférieur au prix de vente consommateur en France qui est à 0,78 €. « Ceci n’est pas acceptable ! En Allemagne il est à 0.99 € et à plus d'1 € en Belgique » soulignent les représentants de la FRSEA AuRA. Ils demandent donc aux acteurs de la filière de "cesser ce jeu de ping-pong" et d’assumer leurs engagements dans le cadre du plan de filière et de la loi Egalim. « La responsabilité est à tous les niveaux : l’Etat doit faire appliquer la loi Egalim, les transformateurs et en premier lieu la coopérative Sodiaal doivent jouer le jeu ainsi que la grande distribution. C’est dans ces conditions et avec un prix rémunérateur que nous maintiendrons des exploitations laitières dans la région et que nous assurerons le renouvellement des générations » explique le président  régional. « Nous demandons une augmentation de 40 à 50€/ 1000 litres de lait soit 500€/1000 litres, ce qui représenterait près de 10€ par an pour le consommateur ».

Le risque de la décapitalisation

Vincent Chirent, producteur de lait à St Genès-Champanelle (63), en Gaec à trois associés, vit de plein fouet la sécheresse et l’augmentation des charges. « Le prix de l’alimentation de nos vaches laitières a explosé ! En l’espace de 18 mois, l’aliment à base de céréales et de protéines est passé de 284€/T à 415€/T. Une semi de luzerne en 2003 (année de forte sécheresse) valait 150€/T elle coûte aujourd’hui 300€/T. Quant au maïs ensilage, son prix est passé de 70€/T à 150 €/T, détaille l’éleveur. Cela fait 20 ans que je suis installé et la situation financière ne fait que se dégrader. Si nous n’obtenons pas rapidement, avant la fin de l’année, une hausse du prix du lait, la production laitière sera vraiment en danger ». Car la crainte immédiate des producteurs est la décapitalisation. « Si le prix du lait n’augmente pas significativement, on vendra alors des vaches ! » déplore Eric Richard.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les éleveurs du syndicat Aubrac des Volcans sur le ring confectionné en partenariat avec les élèves du lycée du Breuil-sur-Couze.
L'Aubrac a fait le show au château du Breuil !
La 20ème édition de la compétition départementale Aubrac a rassemblé une centaine d'animaux et attiré plus de 600…
Une équipe de professionnels et de techniciens au complet pour organiser le concours départemental Salers du Puy-de-Dôme version 2022
#salers2022, une belle réussite !
Samedi 27 août, c’était au tour de la commune d’Ardes-sur-Couze d’accueillir le concours départemental Salers et de mettre en…
Le 8 septembre, la coopérative a inauguré son nouveau moulin dans la plaine de Saint-Ignat, en présence de nombreuses personnalités politiques locales.
Limagrain inaugure son nouveau moulin
Limagrain a inauguré son nouveau moulin à blé à Saint-Ignat, après plus de deux ans de travaux et 24 millions d'euros d'…
L’Aubrac présente son fleuron dans le Puy-de-Dôme
Le 10 septembre prochain, le syndicat Aubrac des volcans vous donne rendez-vous au lycée agricole du Breuil-sur-Couze pour le…
De gauche à droite : Gilles Flandin et Damien Bonaimé, respectivement président et directeur de la Safer Auvergne-Rhône-Alpes.
La Safer Auvergne-Rhône-Alpes présente sa feuille de route 2022-2028
À l’occasion de la rentrée 2022, la Safer Auvergne-Rhône-Alpes a présenté sa feuille de route pour les années à venir. Gilles…
Bouteille de lait
Prix du lait : à la recherche de plus de visibilité
La juste rémunération des producteurs de lait est toujours au cœur des combats de la Fédération des producteurs de lait du Puy-de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole