Aller au contenu principal

Assises laitières
Les producteurs laitiers ont tout intérêt à se fédérer

Les responsables professionnels du Massif central ont livré, à l’occasion des assises laitières, des pistes de réflexion pour faire en sorte que la contractualisation soit synonyme de rapport gagnant-gagnant entre producteurs et entreprises.

Depuis l'automne dernier, sous l'égide de la Copamac-Sidam, les départements du Massif central se sont interrogés sur l'avenir de leur production laitière. Avec la suppression des quotas, c'est en effet tout un modèle qui est remis en cause et des pratiques sont à revoir en profondeur. Une révolution en somme, mais qui, selon les responsables professionnels, ne doit pas sonner le glas de la production laitière dans les zones les plus fragiles. «Nous sommes entrés dans un nouveau monde, il nous faut imaginer de nouveaux outils pour nous y adapter» a expliqué Yannick Fialip, président de la section régionale laitière.

Equilibre

Dans cette mouvance laitière, il s'agit ainsi de répondre à quatre questions essentielles : quelle organisation économique pour les producteurs? Quelle gestion du prix et des volumes? Quelle valorisation et quelle différenciation ? Pour quelles évolutions des systèmes d'exploitation ? Sur la contractualisation, même si le débat reste ouvert, une piste semble se dégager. L'idée est de construire un pouvoir équilibré entre producteurs et entreprises, d'établir un rapport de force constructif, en ne laissant aucun agriculteur seul face à son entreprise, le tout structuré à l'échelle territoriale.
«Cette dimension de territoire est fondamentale, car des régions comme le Massif ont besoin de s'organiser largement pour pouvoir peser face à des grands groupes nationaux» a estimé le président de la section régionale. Pour lui, choisir l'option de la contractualisation par entreprise, c'était courir le risque d'affaiblir le libre arbitre des producteurs, qui à terme n'auraient eu la vision du marché que par le prisme donné par l'entreprise.

 

Zoom sur...

Capitaliser sur la montagne

En matière de valorisation, les responsables professionnels ont mis en avant deux créneaux, les Aop et la dénomination « montagne ». Sur les Aop auvergnates, les syndicalistes poursuivent leur action de lobbying pour faire appliquer l'accord de valorisation.
La dénomination « montagne » est quant à elle en devenir. En effet, si le terme « montagne », selon plusieurs enquêtes, est porteur de valeur et attire le consommateur, pour l'heure, il ne permet pas au producteur de mieux valoriser ses produits. Certains acteurs de la grande distribution, comme Carrefour, l'utilisent mais sans contrepartie. D'où l'idée de l'association Altitude de créer une marque «montagne » dont l'utilisation serait encadrée, appartenant aux producteurs, et dont ils vendraient l'utilisation. «A un moment donné, nous avons su investir dans du matériel dans le cadre des Cuma, pourquoi ne pas investir aujour-d'hui dans une marque qui apporte des retombées aux producteurs» a expliqué Dominique Barrau, président d'Altitude.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole