Aller au contenu principal

Crise
Les producteurs de porcs montent au créneau

Depuis le 14 mai, les éleveurs de porcs se mobilisent dans toute la France pour exiger une revalorisation immédiate du prix du porc de façon à couvrir les coûts de production.

Tous les moyens sont bons pour sensibliser le consommateur, comme ici une opération de stikage dans les grandes surfaces afin que la grande distribution n’impose plus ses prix au reste de la filière. Des actions devraient se poursuivre en Auvergne, la semaine prochaine.

Le 14 mai, la FNSEA, les JA et la Fédération nationale porcine ont appelé les éleveurs de porcs à se mobiliser massivement. Dans une trentaine de département surtout dans l’Ouest, le Nord, le Massif central et le Sud-ouest ils ont multiplié les actions sur le terrain, comme la chasse aux camions pour vérifier l’origine des produits, des opérations coup de poing dans les entreprises d’abattage et de transformation salaisonnerie, voire des opérations de stickage dans les grandes surfaces pour sensibiliser les consommateurs sur l’origine des produits. Les éleveurs demandent d’abord une revalorisation immédiate des prix à la production pour couvrir les coûts de production. « Depuis plusieurs mois, on a un prix de vente inférieur aux coûts de production. Il nous manque 25 à 30 centimes par kilo de carcasse pour que l’activité soit rémunératrice, les éleveurs sont à bout de souffle » a expliqué Jean-Michel Serres, le président de la Fédération nationale porcine (FNP), à la veille de la mobilisation. Les producteurs sont d’autant plus remontés que la crise dure depuis six ans, et que le prix du porc à la production n’a jamais rattrapé celui des aliments du bétail, à l’exception d’un intermède de quelques mois en 2009, quand les prix des céréales se sont effondrés. Ils déplorent aussi que les efforts réalisés pour mettre en avant l’origine française dans les linéaires et financés par les producteurs dans le cadre de l’interprofession Inaporc ne soient pas toujours suivis d’effet par les transformateurs et les distributeurs. « 40 % seulement des références dans les linéaires sont identifiés viande porcine française. Les éleveurs attendent un retour sur investissement» insiste le président amer. Avant d’appeler l’ensemble des distributeurs à suivre l’initiative de Système U qui propose de revaloriser de quelques centimes l’origine française dans les linéaires et de l’affecter aux éleveurs, du moins pendant une période donnée.

 

Restructuration de la filière

A plus long terme, c’est la compétitivité de la filière française qui est posée. « Il en en va de la sauvegarde de la production porcine française », s’inquiète Jean-Michel Serres. Le cheptel porcin français s’effondre. A la fin de l’année, il atteindra 23 millions de têtes, contre 25 millions en 2010. Les abatteurs encaissent des charges de structure de plus en plus élevées qui plombent leur compétitivité. Et contrairement à la France, l’Allemagne recourt massivement à des travailleurs étrangers employés par des sociétés prestataires de service. L’avantage procuré est estimé à 5 centimes par kilo dans les abattoirs outre-Rhin. Ainsi la filière française perd pied comme le montre les difficultés du groupe Cecab qui ne trouve pas de repreneur pour l’un de ses abattoirs. Un phénomène qui ne touche pas seulement la filière porcine, mais désormais l’ensemble de l’agro-alimentaire «qui perd des emplois pour la première fois », selon le président de la FNSEA. C’est pourquoi Xavier Beulin en appelle aux pouvoirs publics à «une action déterminante pour restructurer la filière porcine » notamment au travers de la Banque publique d’investissement. En attendant le vote de la loi sur la consommation prévu en juin qui devrait permettre aux éleveurs de répercuter dans leurs prix les hausses importantes du prix des aliments du bétail.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Une ration facile et rapide.
Comment choisir sa mélangeuse ?
L'outil entre de plus en plus dans les fermes mais attention à bien réfléchir car l'investissement reste important.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole