Aller au contenu principal

ACTION  LAIT
Les producteurs de lait toujours dans l’incertitude

Le jeudi 4 août, les producteurs de lait puydômois ont mené une action devant les bureaux de Sodiaal à Clermont- Ferrand avant d'être reçus par Jérôme Aubert, président de la région de collecte Massif central.

Jérôme Aubert, président de Sodiaal Massif central est venu à la rencontre des producteurs de lait.

La Fédération des Producteurs de Lait du 63 s’est mobilisée le 4 août pour demander à la filière laitière une hausse significative du prix du lait payé aux producteurs. Thierry Chirol, président de la FDPL, a dénoncé « une filière qui n’est pas au rendez-vous et une coopération qui ne joue pas son rôle de leader ». Depuis la mise en application de la loi Egalim 2, il y a pratiquement un an, la filière laitière française dispose d’un outil permettant de rémunérer les producteurs de lait en utilisant des indicateurs en phase avec les coûts de production des exploitations. Cependant, les entreprises laitières mettent du temps à appliquer la loi. « Et pendant ce temps, le prix du lait conventionnel français est le plus bas en Europe. Le prix du lait bio est loin de satisfaire les exploitants. Les augmentations arrivent beaucoup plus lentement qu’ailleurs et les transformateurs, petites PME ou grandes entreprises ont l’air de se complaire dans cette habitude d’ajuster les prix au plus bas », déplore le président de la FDPL.

Une augmentation immédiate !

Devant Sodiaal, jeudi 4 août, Thierry Chirol, accompagné d'une trentaine de producteurs de lait du département, a donc demandé à Jérôme Aubert, président de Sodiaal Massif central « une augmentation immédiate du prix de base du lait. Avec un prix scotché à 400€/1000l, nous sommes très loin de couvrir nos charges. La production laitière française doit tirer les prix vers le haut et permettre aux producteurs de se rémunérer à la hauteur de 2 SMIC comme le prévoit la loi Egalim 2. Nous demandons donc immédiatement 20€ de plus dès le 3ème trimestre ». En réponse, Jérôme Aubert a été clair, «les prix pour juillet, août et septembre n’évolueront pas, ils sont actés. Pour 2022, l’objectif est un prix moyen de 410€, alors que le budget prévisionnel de 2022, préparé en 2021, prévoyait un prix du lait en moyenne de 363€ sur l’année. Sodiaal paiera le plus qu’elle peut ses producteurs, cependant le Conseil d’administration ne prendra pas des décisions qui mettront en péril l’entreprise ».

Sodiaal s'affranchit de la formule de prix...

La fixation des prix Sodiaal des mois de juillet, août et septembre s’est affranchie de la formule de prix suivie par la coopérative depuis 2019. Cette formule de prix a était calée de la sorte qu’elle reflétait le mix-produit de la coopérative : « 40-40-20 », c’est-à-dire 40% du lait valorisé en PCG France (produits de grande consommation en France), 40% du prix allemand (reflétant les PGC export) et 20% de la valorisation beurre/poudre. Jérôme Aubert a argumenté de la façon suivante : « finalement, quand on regarde cette formule de prix, elle est incohérente. La cotation beurre-poudre monte depuis quelques mois car il y a de la demande, mais ce n’est que fictif. La formule de prix que nous utilisons va être retravaillée et reviendra en janvier 2023. Elle prendra en compte les coûts de production des exploitations ».


... et de la valorisation beurre/poudre


Thierry Chirol est aussi revenu sur la décision de Sodiaal de ne plus utiliser, à partir d’avril 2022, la valorisation beurre/poudre calculée par le CNIEL. Ainsi, les coûts de transformation utilisés dans la formule beurre/poudre CNIEL ont été mis à jour sur la base de l’actualisation ATLA de 2021. L’indicateur ATLA remplace l’indicateur beurre/poudre CNIEL dans la formule de prix ce qui implique -57€ sur le prix B et également un manque à gagner sur le prix A. L’indicateur ATLA n’est pas reconnu par le CNIEL. Pour Jérôme Aubert, « l’indicateur date de 2011 et n’a jamais été réactualisé. Depuis 2018 Sodiaal trouvait qu’il n’était plus juste et en 2022 il a été actualisé avec les niveaux de charges de 2021 ». Thierry Chirol a précisé que « la profession n'est pas opposée au réexamen de l'indicateur de valorisation du beurre et de la poudre, mais il est indispensable d’y travailler à partir de chiffres crédibles étayés et surtout de le faire au niveau interprofessionnel. La mise en place d’un nouvel indicateur beurre/poudre robuste qui prendra en compte les charges et investissements des transformateurs ne pourra se faire que dans la transparence des partenaires ».
Finalement, les producteurs de lait sortent à peine rassurés de l’entrevue avec le représentant de Sodiaal. Ils attendent de pied ferme les nouvelles annonces de prix pour le dernier trimestre. « Sodiaal doit se montrer exemplaire en matière de prix payé aux producteurs, en conventionnel et en bio. Et les autres opérateurs devront lui emboiter le pas. Nous attendons aussi l’application de la loi Egalim 2 ! », conclut le président de la FDPL.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les éleveurs du syndicat Aubrac des Volcans sur le ring confectionné en partenariat avec les élèves du lycée du Breuil-sur-Couze.
L'Aubrac a fait le show au château du Breuil !
La 20ème édition de la compétition départementale Aubrac a rassemblé une centaine d'animaux et attiré plus de 600…
Une équipe de professionnels et de techniciens au complet pour organiser le concours départemental Salers du Puy-de-Dôme version 2022
#salers2022, une belle réussite !
Samedi 27 août, c’était au tour de la commune d’Ardes-sur-Couze d’accueillir le concours départemental Salers et de mettre en…
Le 8 septembre, la coopérative a inauguré son nouveau moulin dans la plaine de Saint-Ignat, en présence de nombreuses personnalités politiques locales.
Limagrain inaugure son nouveau moulin
Limagrain a inauguré son nouveau moulin à blé à Saint-Ignat, après plus de deux ans de travaux et 24 millions d'euros d'…
L’Aubrac présente son fleuron dans le Puy-de-Dôme
Le 10 septembre prochain, le syndicat Aubrac des volcans vous donne rendez-vous au lycée agricole du Breuil-sur-Couze pour le…
De gauche à droite : Gilles Flandin et Damien Bonaimé, respectivement président et directeur de la Safer Auvergne-Rhône-Alpes.
La Safer Auvergne-Rhône-Alpes présente sa feuille de route 2022-2028
À l’occasion de la rentrée 2022, la Safer Auvergne-Rhône-Alpes a présenté sa feuille de route pour les années à venir. Gilles…
Bouteille de lait
Prix du lait : à la recherche de plus de visibilité
La juste rémunération des producteurs de lait est toujours au cœur des combats de la Fédération des producteurs de lait du Puy-de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole