Aller au contenu principal

Mobilisation  GMS
Les prix des produits laitiers scrutés par les agriculteurs du Puy-de-Dôme

La FDPL 63 et les JA 63 ont répondu à l’appel à mobilisation lancé par la FNPL il y a quelques jours et sont allés dans une grande surface du département avec un seul objectif : dénoncer la non-application des Egalim et la non-prise en compte des coûts de production dans le prix de vente final des produits en magasin.

Identification des produits ne respectant pas la loi Egalim.

Le rendez-vous a été donné au rayon lait du supermarché local. Il s’agissait d’aller vérifier les prix de vente du lait et de trois produits laitiers : le camembert, l’emmental râpé et les yaourts nature.
Thierry Chirol, membre du Conseil d’administration de la FDPL 63, faisait parti du groupe d’agriculteurs mobilisé ce jour-là : " On ne travaille pas pour rien. Les prix de vente affichés en magasin doivent au moins couvrir nos coûts de production ", explique-t-il.
A l’aide d’un tableau (voir ci-dessous) proposé par la Fédération nationale des producteurs de lait, toutes les vérifications ont été faites au milieu des chariots des consommateurs. " Un litre de lait doit être vendu au minimum 0,74€. Le yaourt à 1,34 € le kilo. Le kilo d’emmental râpé à 6,23 et 5,8 € le kilo de camembert " précisent les producteurs laitiers. Les produits laitiers, dont le prix est inférieur à ce que précise la loi Egalim, ont été immédiatement identifiés par les exploitants agricoles et des étiquettes " Produit ne respectant pas la loi Egalim " ont été apposées.

La loi Egalim, de 2018, prévoyait la prise en compte des coûts de production

Cette question de la juste répartition de la valeur au sein des filières agricoles est primordiale pour les producteurs de lait. "Pour un litre de lait, les producteurs récupèrent 0,388 €, les transformateurs obtiennent 0,250 €, les distributeurs ont 0,063 € et l’État 0,0385 €. Si le prix d’un litre de lait est inférieur à 0,74 €, ce sera sur le producteur que la baisse va se ressentir " détaille Thierry Chirol.
Les responsables du Leclerc La Pardieu, qui ont échangé avec les agriculteurs, ont mis en cause les industriels, en dénonçant "l’opacité " avec laquelle ils construisent leurs prix. Ils ont assuré aux producteurs que leur lait de marque distributeur était acheté à un prix minimum de 365 €/tonne. Des négociations seraient " en cours afin de faire augmenter ce prix ", d’après le directeur de la grande surface.
Rappelons que la loi Egalim, sortie il y a trois ans, prévoyait un encadrement des promotions et une interdiction de revente à perte. À la suite de cela, « un coût de production a été établi pour chaque type de produit, validé par l’État et par la Commission européenne, qui doit être intégré dans le prix, pour que les exploitants agricoles soient bien rémunérés. Chaque maillon de la chaine doit le respecter afin d’être en accord avec la loi », précise le producteur de lait départemental.
«Mais il y a encore beaucoup de travail à faire pour que les prix des produits intègrent ces coûts de production et donc que la valeur soit partagée correctement. Et si certains produits sont bien vendus au prix minimum, nous n’avons, nous agriculteurs, aucun moyen de «contrôler» la redescente de la marge à tous les échelons et notamment jusqu’à notre niveau ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

En déplacement en Haute-Loire, le président de Région a pris toute la dimension de la problématique campagnols.
Aide de la Région à la lutte collective
Le Président de Région en déplacement sur une exploitation à St Front (43) est venu constater la situation sanitaire…
Eric Greliche : « Le choix qui a été fait sur la Limagne est d’avoir des exploitations familiales, viables, produisant de la valeur ajoutée et insérées dans un circuit de proximité entre production et transformation».
"L'eau, un enjeu de territoire et de multi-usages"
Producteur de semences de grandes cultures et potagères à Espirat, administrateur Limagrain en charge du groupe eau, élu au…
Michèle Boudoin, présidente de la FNO
« L’aide ovine sera essentielle pour nos éleveurs ovins demain »
Alors que les négociations dans le cadre de la future PAC sont en cours, Michèle Boudoin, présidente de la FNO(*), appelle le…
Le Puy-de-Dôme compte chaque année de nouveaux éleveurs de chèvres qui ont aujourd'hui besoin de se rassembler pour répondre à leurs besoins techniques.
Les éleveurs caprins puydômois cherchent à se structurer
Réunis la semaine dernière, les éleveurs caprins du Puy-de-Dôme entament une réflexion autour de la création d'une association…
JA AURA
Prix : Les jeunes veulent siffler la fin de la partie
Pas de renouvellement des générations sans prix rémunérateurs pour les Jeunes agriculteurs d’Auvergne Rhône-Alpes. A l’occasion…
A gauche, l'épi d'un maître brin d'orge non gelé et à droite touché par le froid.
Les réels dégâts du gel encore incertains
Les gelées du 5 au 9 avril ont occasionné d'importants dégâts dans les vignes, les vergers mais également dans les champs où blés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole