Aller au contenu principal

« Les poulets bio sont d'une souche plus rustique »

À Lapeyrouse, Karine Lemonnier élève depuis 2011 des poulets Bio en intégration. Prochainement, sa fille Camille va également entrer dans la production.


« Mon mari, Thierry, et moi-même avons quitté notre région natale pour venir nous installer dans le Puy-de-Dôme. Nous avons repris une exploitation sur laquelle nous avons construit des poulaillers en 2010. Cette première année, nous élevions des poulets de chair Label Rouge. Nos pratiques ressemblaient davantage au bio qu'au conventionnel. Alors afin de les valoriser, nous nous sommes convertis à l'Agriculture Biologique l'année suivante, en 2011. Aujourd'hui nous avons cinq poulaillers.  Nos poussins sont livrés à un jour d'âge. Ils restent à l'intérieur, dans une température ambiante de 30°C jusqu'à leurs 42 jours d'âge. Dès lors, ils sortent à l'extérieur sur un parcours herbager et ombragé. Ils quittent l'élevage, direction l'abattoir à 81 jours d'âge minimum. Leur alimentation est composée à 100% de céréales biologiques françaises. Nous ne produisons pas de céréales sur l'exploitation.
Quant au sanitaire, nous n'avons pas le droit aux antibiotiques. Nous utilisons donc beaucoup de traitements préventifs à base notamment d'huiles essentielles. Je touche du bois, nous n'avons jamais eu de gros soucis ! De plus, les poulets bio sont issus de souches plus rustiques. Leur croissance n'est pas poussée. Ils sont moins sensibles.
La filière des volailles biologiques est en pleine progression. Les demandes sont de plus en plus importantes. Les poulets sont très bien valorisés. C'est pourquoi, notre fille Camille va également s'installer dans cette production. Elle va construire trois poulaillers sur des terrains nouvellement acquis. Elle espère débuter l'élevage entre juillet et septembre 2019.»


Propos recueillis par M.Comte

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole