Aller au contenu principal
Font Size

Tabac
Les planteurs de tabac dans l’incertitude

La réforme de la PAC occulte l’avenir des producteurs de tabac. Un climat d’incertitude règne mais il ne suffit pas à faire taire la volonté d’avancer.

La machine coupe les plants de tabac au pied et les suspend à des cadres métalliques pour le séchage. Le besoin de bras est quasi inexistant (2 à 3 personnes) et les coûts sont divisés par deux.

Ils sont 87 producteurs de tabac dans le Puy-de-Dôme à craindre l’avenir. Aujourd’hui, seules les compensations tarifaires actuelles leurs permettent de dégager un revenu mais après 2013, elles pourraient bien disparaître.

 

Article 68 en ballotage

Les producteurs de tabac vendent leur production 3.50 €/kg. Un prix rendu possible grâce au soutien de l’Etat français et de la coopérative Périgord Tabac. Jusqu’en 2013, les producteurs bénéficieront d’une compensation de 0.50 €/kg pour les tabacs de qualité A, B, C, et D. Une fois l’échéance passée, les producteurs ignorent à quelle sauce ils vont être mangés. «Après 2013, l’article 68 qui nous garantissait une compensation sur le prix du tabac, aura disparu. De plus, nous ignorons tout de la réforme de la PAC et du devenir des DPU. Nous sommes dans le brouillard» explique Jean-Louis Duron, président des planteurs de tabac du Puy-de-Dôme. L’inquiétude est donc de mise. Sans ces aides les producteurs auront des difficultés à avoir un revenu décent. La production de tabac demande une main d’œuvre importante au moment de la récolte. Les coûts ne sont donc pas négligeables. Les aides en place permettent de répercuter ces charges sur le prix de vente. Seulement, aux regards des planteurs, elles ne suffisent pas. «Il faudrait que le prix du tabac soit de 4.50 €/kg pour espérer un revenu correct et développer notre production.» La main-d’œuvre est décidemment le point faible du tabac. C’est donc sur cet atelier que les planteurs et la coopérative Périgord Tabac ont décidé d’agir. La coopérative a investi cette année dans une «arracheuse» à tabac. La machine coupe les plants de tabac au pied et les suspend à des cadres métalliques pour le séchage. Le besoin de bras est quasi inexistant (2 à 3 personnes) et les coûts sont divisés par deux.

Boué de sauvetage ?

Encore au stade expérimental, l’engin redonne pourtant le sourire aux planteurs. Habituellement, il faut compter environ 150 heures/ha pour la récolte. Avec la machine, une après-midi voire une journée suffirait. «Il faut compter environ 1 500€ pour arracher et mettre à sécher environ

23 000 pieds de tabac. Traditionnellement, il faut plus de 3 000 €. Nous espérons ainsi diminuer les charges et maintenir les producteurs.» Pour la récolte 2012, seuls cinq planteurs se sont engagés dans cette démarche puisqu’elle implique une disposition particulière des pieds de tabac.

Cependant, les producteurs espèrent d’ici trois à quatre ans récolter la totalité de la surface avec cette machine. Cette dernière est d’ailleurs la deuxième à fonctionner en France.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Apprentissage, alternance, aide à l’embauche : le gouvernement incite les entreprises à employer des jeunes.
Apprentissage et emploi : des aides à l’embauche
Présenté en juin par le gouvernement, le plan « 1 jeune 1 solution » entend favoriser l’emploi des jeunes par l’intermédiaire de…
De gauche à droite : Bertrand Bissuel, directeur du lycée, Alain Mercier, président de la Communauté de communes Dômes Sancy Artense , Brice Hortefeux et le sénateur Jean-Marc Boyer.
Des travaux au lycée de Rochefort-Montagne
Le lycée agricole de Rochefort-Montagne est engagé dans un plan de rénovation de ses bâtiments pour lequel la Région contribue à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole