Aller au contenu principal

Action syndicale
Les moutonniers boutent hors des GMS l’agneau irlandais

A une semaine de Pâques, les producteurs d’ovins ont souhaité, samedi, mettre en avant l’agneau français dans les grandes surfaces. Des éleveurs auvergnats ont participé à cette opération « vérité ».

Un slogan efficace pour une réalité aberrante : des agneaux produits à l’autre bout de la planète pourtant moins chers que des agneaux élevés et abattus à deux pas de chez soi.

Dans dix villes de France, samedi dernier, les éleveurs ovins ont organisé à l'initiative de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs une série d'opérations dans les grandes et moyennes surfaces. Leur but : dénoncer les importations de viande ovine du Royaume-Uni et de Nouvelle-Zélande, revendue à bas prix par les distributeurs. Les producteurs de Rhône-Alpes et d’Auver- gne se sont mobilisés sur le site du Carrefour d’Ecully dans le Rhône et au Leclerc de Bourg-les-Valence dans la Drôme. « Un gigot d’agneau néo-zélandais après six semaines de voyage autour du monde est moins cher qu’une place de cinéma !», s’aga-ce Michèle Boudoin, secrétaire générale de la FNO et productrice dans le Puy-de-Dôme. Dans un contexte français de fortes augmentations des charges, et notamment des charges alimentaires, les éleveurs se retrouvent donc dans une situation financière extrêmement délicate. Difficile en effet de rivaliser avec un agneau néo-zélandais vendu 10 euros contre 17 pour l’agneau français. Les producteurs défendent « le made in France » depuis toujours, pas seulement depuis que c’est à la mode. Alors à Ecully, ils ont collé sur les pièces d’agneaux néo-zélandais, des étiquettes chocs : «le saviez-vous ? Combien de kilomètres a parcouru cet agneau ?» ou encore « cet agneau a-t-il vécu plus longtemps mort que vivant ? » Le dialogue s’est instauré avec les consommateurs, d’autant plus attentifs au discours des éleveurs en ces temps de scandales multiples : «les récents scandales nous prouvent à quel point il est important de consommer de la viande dont les conditions de production sont connues et encadrées, et qui garantissent la sécurité sanitaire du consommateur » explique Michèle Boudoin. Ce que garantit la production française alors à chacun de faire son choix. La manifestation de samedi devrait se reproduire dans les prochaines semaines, notamment à Dieppe et à Calais. La FNO reste de toute façon très mobilisée sur le sujet. Des discussions ont débuté avec le gouvernement pour l’application du label «viande ovine française ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole