Aller au contenu principal

CULTURES
Les moissons se font attendre...

Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le point en Limagne.

Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.

Depuis un mois maintenant, l'été (avec du soleil et de la chaleur) se fait attendre. La météo de ces dernières années nous avait habitués à voir les moissons débuter dès la fin juin voire au plus tard le 14 juillet. La fête Nationale est passée mais les moissons, elles, n'ont toujours pas commencé. Pourtant, ils sont nombreux ceux qui souhaitent voir cette dernière étape de la campagne démarrer.

"Une situation semblable à 2014"

Dans les champs de Limagne, le même paysage : pas une seule moissonneuse. Encore rangées au garage, elles ont timidement sorti le bout de leur coupe dimanche dernier, le temps d'une petite journée. Éric Alexandre, entrepreneur de travaux agricoles a fait de même pour récolter quelques parcelles d'orge et de blé avant que la pluie ne l'arrête. "Nous n'avons vraiment pas fait grand-chose, la fenêtre était trop courte." La météo des dernières semaines n'a pas aidé à faire sécher les céréales dont certaines ont "encore les pailles vertes [...] on a bourré la machine". Au niveau des sols, la situation n'est guère mieux avec "une terre très collante" au point, dit-il, " d'avoir des difficultés à sortir la batteuse du champ".
Cette semaine encore, le temps est à la pluie. Il faudra attendre le week-end, voire la semaine prochaine pour espérer une amélioration digne de ce nom. Dès lors, l'entrepreneur sait à quoi s'attendre : " dès qu'il va faire beau le téléphone va chauffer ! Les agriculteurs voudront tous moissonner en même temps". Une situation qu'Éric Alexandre n'a pas rencontrée depuis 2014.

"Ce n'est pas encore la cata !"

Le manque d'eau a ses avantages et ses défauts mais l'excès en possède tout autant. Frédéric Moigny, conseiller agronomie à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, craint de voir la qualité des céréales pâtir de cette météo. "Si les pluies s'éternisent, le poids spécifique va être atteint et surtout on pourrait avoir des germinations sur pieds. Dans ce cas, comme en 2014, de nombreuses récoltes seront déclassées." À cette heure, le risque de voir la qualité touchée reste faible surtout que "les blés sont tout juste mûrs [...] Je ne suis pas trop inquiet à condition que les pluies s'arrêtent bel et bien la semaine prochaine ".
Tandis qu'ils sont nombreux à ressortir ce vieil adage selon lequel " les agriculteurs ne sont jamais contents", Frédéric Moigny rappelle à notre bon souvenir l'avantage indiscutable d'une telle météo. " C'est quand même formidable cette année de ne voir aucun enrouleur dans les champs et des maïs aussi beaux !" Les cultures de printemps se repaissent de ces conditions quasi automnales. La floraison du maïs approche pour les variétés les plus précoces et selon les secteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Avant le démarrage de la castration, Laurent et Pascale Favy donnent conseils et explications aux 46 jeunes présents pour ce premier jour de chantier à Beauregard l'Evêque.
Castration, le casse-tête pour dénicher de la main-d'œuvre saisonnière
Les chantiers d'écimage des maïs semences ont débuté la semaine dernière avec notamment des jeunes des Maisons de Quartier de la…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Autour de Jean-Michel Cellier-Courtil, les agriculteurs bio membres de quatre GIEE ont été invités à découvrir la diversité culturale de son exploitation.
Avant les moissons, dernier Tour de plaine
Bio 63 a organisé tout au long de la campagne des "tours de plaine" chez différents producteurs bio du Puy-de-Dôme pour amener…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole