Aller au contenu principal

Les meilleurs jeunes bergers du monde à l’épreuve au lycée de Bonnefont

Le 30 septembre, le lycée agricole de Brioude-Bonnefont accueillait la seconde coupe du monde des jeunes bergers. Compétition.

Les 29 candidats ont montré toutes leurs compétences «ovines» aux membres du jury.

29 jeunes provenant des principaux pays producteurs d'ovins dans le monde se sont affrontés le 30 septembre dans le cadre des épreuves théoriques et pratiques des ovinpiades internationales organisées par Interbev ovins et les partenaires de la filière ovine française au lycée agricole de Brioude-Bonnefont (Haute-Loire).

Les épreuves se sont déroulées dans une ambiance calme et détendue et les échanges entre candidats et mem-bres du jury se faisaient au moyen des trois langues officielles du concours (français, anglais et espagnol) ; pour l'occasion les professeurs de langues du lycée agricole s'étaient transformés en interprètes, le temps d'une journée.

Les candidats français, d'Amérique du Nord, d'Amérique du Sud, d'Océanie et d'Europe ont donné le meilleur d'eux-mêmes sous le regard attentif des membres du jury composés d'éleveurs, de techniciens, de professeurs français et étrangers.

La compétition a démarré le matin par une épreuve théorique en salle ; le concours étant de portée mondiale, il s'agissait de tester les connaissances des jeunes bergers sur l'élevage ovin du monde entier ; les races ovines, les filières, l'alimentation, la reproduction, la génétique et la santé.

Les épreuves se sont poursuivies à l'extérieur sur des brebis de race Bizet mises à disposition par le lycée. Les candidats étrangers ont dû s'adapter à cette race rustique qu'ils ne connaissaient pas. «Les jeunes savaient qu'ils travailleraient sur des ovins de race Bizet et puis dans leur pays, il existe aussi des races rustiques» a indiqué Emmanuel Coste, président d'Interbev Ovins.

Chacun des candidats a été jugé sur son aptitude à trier les brebis, à les manipuler avec adresse, à les parer ou encore à évaluer leur état d'engraissement et leur poids. Une épreu-ve était centrée sur l'utilisation du quad et deux autres épreuves (tonte et quad attelé) devaient se dérouler le lendemain au Sommet de l'élevage.

Les jeunes candidats concouraient dans 2 catégories d'âges : les 19-21 ans (pour les étudiants) et les 22-25 ans (pour les jeunes sur le point de s'installer) ; à l'issue de la compétition, ce sont deux vainqueurs qui seront désignés.

Qui détrônera Peter Klassen, le gagnant néo-zélandais de la première coupe du monde en 2011 ? Le palma-rès sera dévoilé au Sommet. A suivre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole