Aller au contenu principal

Forêt
Les marchés forestiers à des niveaux historiques

La coopérative forestière Unisylva clôture l'année 2021 sur un bilan positif grâce à un contexte exceptionnellement favorable au bois, entre augmentation des prix et recul des importations.

Lors de l’assemblée générale de la section auvergnate d’Unisylva à Brioude, la coopérative forestière est revenue sur le contexte actuel exceptionnel qui marque la première hausse significative des prix depuis plus de 30 ans.

Les propriétaires forestiers ont le sourire. "C'est du jamais vu depuis plus de 30 ans." Lors de l'assemblée générale de la section Auvergne d'Unisylva, Benoît Rachez, directeur adjoint de la coopérative forestière, ne tarit pas d'éloges sur les résultats de la structure. En 2021, les prix du bois ont flambé suite à un fort accroissement de la demande. "Les marchés sont extrêmement bons encore aujourd'hui et sur tous les produits." Qu'il s'agisse du bois charpente ou de l'emballage, ils jouissent d'effets structurels, tels que l'évolution des réglementations favorisant notamment la construction avec des matériaux renouvelables. Ce nouvel engouement pourrait dans un avenir proche inciter les propriétaires forestiers à revenir à une gestion productive de la forêt.

Un contexte national influencé par l'international

C'est une année record qui s'est écoulée pour Unisylva. La coopérative forestière aux 12 962 adhérents et 374 517 hectares clôture 2021 et débute 2022 sur des chiffres longtemps rêvés dans "un contexte exceptionnel" pour Benoît Rachez. Unisylva enregistre, de ce fait, l'un des plus hauts chiffres d'affaires de son histoire : 68,8 millions d'euros. Décomposé, ce résultat repose majoritairement sur l'augmentation de la demande en bois charpente " la réglementation RE2020 sur la rénovation des bâtiments aidant". Les constructeurs font de plus en plus appel à ce matériau renouvelable, élaboré à partir de résineux. Or, l'approvisionnement via les pays de l'Europe de l'est et du nord est mis à mal à la fois par les effets conjoncturels de la pandémie et le dépérissement de certains boisements sous le coup de l'alliance réchauffement climatique et développement de scolytes (voir article ci-dessous). "Les marchés mondiaux sont déséquilibrés provoquant une hausse des prix et des sources d'approvisionnements différentes comme la France." L'effet ne s'arrête pas au bois charpente mais concerne également l'ensemble de l'industrie du feuillus et des résineux ainsi que les bois destinés à l'emballage (palettes, cartons, papiers...).

L'Auvergne-Rhône-Alpes profite de ce rebond

Ce contexte haussier profite bien évidemment à l'Auvergne. La section régionale d'Unisylva termine 2021 sur un volume de commercialisation en augmentation de 19% et un chiffre d'affaires de près de 20 millions d'euros. "Ce dernier a pris +22% par rapport à 2020, surtout parce que les volumes commercialisés sont plus importants et pas uniquement parce que les prix ont augmenté" souligne Nicolas De Menthier, président de la section.
Ce contexte favorable à la production sylvicole est-il appelé à durer ? "Nous sommes très confiants" affirme Benoît Rachez. Les premiers chiffres de 2022 montrent une demande toujours soutenue dans l'ensemble des domaines et surtout sur l'emballage du fait de la guerre. "La Russie, la Biélorussie et l'Ukraine représentent 20% des importations de bois résineux dont une très grande part est dédiée à l'emballage. Le conflit n'étant malheureusement pas appelé à cesser du jour au lendemain, les tensions actuelles sur les marchés vont perdurer."
Toute médaille a cependant son revers et le marché sylvicole n'en est pas exempté. À force de difficultés d'approvisionnements sur les charpentes et de délais à rallonge, "les clients commencent à voir leurs carnets de commandes s'amoindrir". À cela s'ajoute la peur de la pénurie et le stockage en masse de bois, "il n'a pas d'incidence sur les prix pour l'instant".
Unisylva et bien d'autres coopératives et syndicats forestiers encouragent les propriétaires depuis de nombreuses années à ré-investir et entretenir leurs forêts. Le marché actuel est une motivation supplémentaire mais garde à ne pas répondre trop vite à l'appel de la sirène... Le directeur-adjoint d'Unisylva exhorte ses adhérents à rester "vigilants sur le maintien de l'équilibre des marchés et la gestion durable des forêts".

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le jeu "La Grange" est une représentation simplifiée d'un territoire d'élevage. Son objectif est la co-construction par les joueurs d'une grange qu'ils devront faire évoluer au fil du temps, des contraintes et des souhaits partagés.
GAMAE : des jeux sérieux pour répondre à de sérieux enjeux
L’INRAE présente GAMAE, la première plateforme française de ressources scientifiques et techniques dédiée aux « jeux sérieux »…
Sécheresse plans de maïs
Le département du Puy-de-Dôme reconnu pour les calamités agricoles
Une partie du Puy-de-Dôme reconnue au titre des calamités agricoles avec 158 communes concernées. Les demandes d'indemnisation…
Durant la période qui précède la reprise de l’exploitation, Sylvain investit l’argent qu’il gagne dans son futur cheptel de vaches Aubrac.
Une transmission hors-cadre familial réussie !
Jean-Louis Lescure, exploitant retraité depuis octobre 2021, a eu la chance de trouver un jeune repreneur pour son exploitation.…
Méthaniseur
Méthanisation : solution d’avenir en milieu agricole
Bertrand Duprat, agriculteur méthaniseur et vice-président de l’association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF),…
La nouvelle programmation FEADER 2023-2027 en Auvergne Rhône-Alpes met l'accent sur l'installation et les investissements agricoles.
La Région assoit son soutien à l'agriculture
Les services de la région Auvergne Rhône-Alpes ont présenté le nouveau programme FEADER 2023-2027 à l’occasion d’une rencontre…
Julien Villedieu, Éric Villedieu et Jean-François Geille se tenant devant leur bâtiment récemment agrandi.
Robots de traite en circulation libre et maintien du pâturage
Mardi 8 novembre, des portes ouvertes bâtiment étaient organisées par l’EDE 63 au Gaec du Puy de Boucaud à Heume-l’Église,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole