Aller au contenu principal

Interview
Les Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme s’investissent pour l’installation !

Rencontre avec Nicolas Chatard, Président des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme.  

Nicolas Chatard, Président des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme.

En quoi le syndicalisme agricole, et plus précisément le Syndicat des Jeunes Agriculteurs (JA) joue un rôle dans l’installation des jeunes sur le département du Puy-de-Dôme ?
Les Jeunes Agriculteurs ont toujours défendu l’installation et sont à l’origine de la DJA (Dotation aux Jeunes Agriculteurs), une aide financière pour les jeunes de moins de 40 ans qui s’installent. Rien n’est jamais acquis définitivement et les JA continuent de défendre cette aide et de la faire perdurer dans le temps, notamment dans le cadre de leur représentation au sein des institutions mais aussi en étant présent dans le parcours d’aide à l’installation. La DJA a baissé ces dernières années, mais elle reste sur le territoire du Puy-de-Dôme la plus importante en termes de valorisation sur la région AuRA : nous l’avons défendue !
A l’échelle du territoire, les JA défendent, auprès des différents acteurs, l’importance d’installer des jeunes pour pérenniser l’agriculture, et ces derniers s’investissent ! En s’installant avec la DJA et en étant adhérent au syndicat, les nouveaux jeunes installés peuvent notamment profiter de la Charte à l’Installation. Celle-ci regroupe l’ensemble des partenaires qui s’investissent pour l’agriculture et font profiter aux jeunes installés des offres et des réductions liées à leur activité agricole.


Mais la principale force des JA reste aussi celle du réseau ?
Oui ! On peut aider à défendre un projet, voire même aider à le monter dans certains cas. Les nombreuses manifestations tout au long de l’année et l’investissement au sein même du syndicat permettent aux nouveaux comme aux anciens installés de n’être jamais seuls face à une difficulté rencontrée. Les échanges sont toujours riches, on en apprend tous les jours chez JA !
Le syndicat permet de s’unir et de porter une seule et même voix face à un aléa, une difficulté économique… et du fait de notre nombre, de notre union et de notre consensus, dans la grande majorité des cas, nos revendications sont souvent entendues. Nous avons également une portée sur les politiques de manière générale, puisque nous défendons, les jeunes, les installations, l’agriculture de demain, un terroir à préserver… des sujets d’hier, d’aujourd’hui et surtout de demain !


Que pensez-vous de la notion d’engagement ?
Elle est constamment présente : quand on s’installe, c’est pour de nombreuses années, c’est un projet de vie avec des investissements… La terre et l’élevage se cultivent et il faut plusieurs années pour arriver à ce que l’on souhaite développer vraiment. Et au niveau du syndicat, les jeunes impliqués peuvent s’engager sur des thématiques variées allant du renouvellement des générations à la préservation du foncier, en passant par la préservation des ressources.


Sur quelle(s) autre(s) action(s) le syndicat des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme s’investit-il ? 
La promotion du métier d’agriculteur et de l’agriculture est l’ADN même des JA : organisation de visites d’exploitations, interventions dans les collèges, les lycées et autres établissements scolaires, participation à des manifestations publiques… Nous essayons d’être là où nous avons un rôle à jouer pour défendre notre terroir, la diversité de notre agriculture, nos produits et notre métier !
Et aujourd’hui, au-delà de promouvoir, il est également important de vulgariser ce qu’est réellement l’agriculture et de lutter contre les idées reçues qui circulent malheureusement de plus en plus !


Un mot sur la nouvelle DJA (Dotation aux Jeunes Agriculteurs) ?
Pour faire simple, ils ont voulu simplifier l’octroi de la nouvelle DJA en supprimant et en incluant des nouveaux critères et en valorisant les nouvelles démarches d’un projet d’installation, comme la recherche de valeur ajoutée avec les filières de qualité AOP, IGP, AB mais aussi l’utilisation de nouvelles méthodes dites agro-écologiques.
Aussi, ils ont renforcé le critère de la formation : avoir au minimum un bac+2 ou avoir fait 2 ans de salariat avant de s’installer permet dorénavant une revalorisation de l’aide. Cela incite les personnes à se former à l’agriculture, à mûrir et à développer leur projet ; ce qui est intéressant et permet aux personnes de s’ouvrir davantage, de voir et d’étudier d’autres façons de faire. Quant au salariat, il peut permettre aujourd’hui de répondre à un manque de personnel sur le secteur agricole.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

De gauche à droite : Laurine Rousset, présidente JA43, Eric Richard, président de la section laitière FDSEA43, Stéphane Joandel, président de la section laitière régionale, Vincent  Chirent, producteur de lait 63 et Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA63 ont procédé à une  vérification des prix du lait au supermarché E.Leclerc à Clermont-Ferrand
Les producteurs revendiquent 500 €/1000 litres de lait
Dans un contexte de flambée des prix et de sécheresse sans précédent, les responsables professionnels de la région demandent à la…
Les agriculteurs investissent dans le matériel économe en eau.
Comité départemental de l’eau : un renforcement des mesures de restriction

Le secrétaire général de la préfecture a réuni le Comité départemental de l’eau le 19 juillet afin d’échanger sur la situation…

L’Axe Allier passe en alerte renforcée
A l’issue du Comité départemental de l’eau (CDE) du 9 août, le Préfet a pris le 5ème arrêté de restriction des usages…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal Massif central est venu à la rencontre des producteurs de lait.
Les producteurs de lait toujours dans l’incertitude
Le jeudi 4 août, les producteurs de lait puydômois ont mené une action devant les bureaux de Sodiaal à Clermont- Ferrand avant d'…
Durant les fortes chaleurs, les équipes de castration sont intervenues dans les champs le matin.
Les castrations sur la fin
La castration des maïs semence arrive bientôt à son terme après près d'un mois de travaux mais les fortes chaleurs laissent…
En marron, les communes classées en zone de montagne et qui bénéficient d'une majoration supplémentaire de 15%.
La récupération des eaux pluviales financée
L'Agence de l'Eau Loire-Bretagne double l'enveloppe financière de son appel à projets "économies d'eau dans les élevages" pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole