Aller au contenu principal

Les innovations en devenir impliquent la recherche agronomique auvergnate

Acteur incontournable au plan mon-dial des recherches conduites sur la génétique et la génomique du blé tendre, l’Unité «Génétique Diversité Écophysiologie des Céréales» (UMR GDEC) de l’Inra travaille aujourd’hui à l’adaptation des variétés aux contraintes de demain.

Ses moyens de recherche importants concentrés à Clermont-Ferrand lui permettent de développer, dans le cadre de collaborations, des projets pluridisciplinaires ambitieux sur cette culture stratégique pour la nation. Elle est à l’origine de plusieurs variétés inscrites au catalogue des semences.

 

De nouveaux enjeux à intégrer ensemble

«Nos objectifs sont identiques à ceux d’il y a 40 ans, améliorer la qualité et le rendement des récoltes, mais le contexte a changé» explique Thierry Langin, directeur de l’Uni-té. «Nous devons en effet prendre en compte de nouvelles contraintes en particulier :

- Celle de la protection des eaux en cherchant à limiter les intrants, notamment les nitrates ;

- Celle du changement climatique qui constitue désormais une certitude dont seule l’ampleur est inconnue. »

Dans ce contexte en évolution, il est, par exemple, impératif de caractériser finement les mécanismes impliqués dans l’assimilation de l’azote par la plante afin d’augmenter son efficience. Elle relève d’une chaine d’événements complexes contrôlée par de nombreux gènes clefs qui doivent être identifiés et intégrés dans des programmes de sélection.

Mais l’optimisation de la nutrition azotée ne suffit pas, il faut aussi que la plante puisse résister à des stress hydrique et thermique causés par l’évolution du climat. Les chercheurs utilisent des modèles de simulation établis à partir de données climatiques pour prédire les impacts du réchauffement climatique sur les rendements et les qualités des blés. La sélection variétale doit aujourd’hui intégrer un nombre élevé de caractères, et permettre de raccourcir considérablement le temps de sélection, projet facilité par l’évolution des technologies (génomique).

Travaux de recherche

Des travaux de recherche fondamentale pour des applications en 2035 sont attendus.

Pour répondre à ces objectifs conjugués, le décryptage du génome du blé, dont le patrimoine est un des plus grands parmi les espèces cultivées, est indispensable. La compréhension a posteriori de son évolution, une discipline qui a pour nom la paléo-génomique, fournit également des informations précieuses sur les mécanismes adaptatifs des plantes cultivées aux évolutions de leur environnement.

En associant une palette de compétences et en travaillant avec les acteurs de la filière blé (agriculteurs, sélectionneurs, coopératives…), l’Unité GDEC espère pouvoir proposer aux agriculteurs, d’ici une vingtaine d’années, des variétés de blé qui apporteront une valeur ajoutée globale, en étant plus économes en intrants, plus tolérantes au manque d’eau et à des températures élevées, et plus résistantes aux maladies. Un pari que les investissements en cours sur le site de Crouël (plateforme de phénotypage à haut-débit) devraient contribuer à relever.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole