Aller au contenu principal

"Les éleveurs sont les mieux placés pour parler de leur métier"

Elle a ouvert les portes de son exploitation lors des rencontres «Made in Viande». Angélique Delaire, productrice de veaux de boucherie tient à informer les consommateurs.

Angélique Delaire a accueilli les visiteurs sur son exploitation où elle a parlé de son métier avec passion.

Installée depuis 2007 sur l’exploitation de son mari, Angélique Delaire a abandonné sa carrière de secrétaire comptable pour élever des veaux de boucherie. Désormais, sur les 150 ha de SAU, le couple élève une quarantaine de Charolaises, une trentaine d’Aubrac et engraisse près de 500 veaux de boucherie par an. C’est d’ailleurs les portes de cet atelier qu’Angélique Delaire a décidé d’ouvrir au public dans le cadre des premières rencontres Made in Viande. L’occasion de faire connaître la production mais surtout d’en montrer un nouveau visage. «L’engraissement des veaux de boucherie est depuis longtemps décrié. Les gens pensent que les animaux sont fermés dans le noir complet, qu’ils ne peuvent pas bouger, qu’ils ne voient personne… Ouvrir les portes de notre élevage est l’opportunité de tordre le cou à ces idées préconçues. L’engraissement des veaux est une production très technique où le bien être des animaux est essentiel à leur développement. Nous, les éleveurs, avons tout intérêt à soigner convenablement nos veaux si nous voulons vivre de notre métier. »

Ouvrir pour transmettre

Et pour en arriver là, Angélique et Philippe Delaire déploient chaque jour de grands moyens. Dans leur bâtiment, les normes « bien-être » animal (1,8m²/veau, lumière, tétines dans les seaux…) ont été scrupuleusement respectées. Ils ont également installé un système semi-automatique de distribution du lait pour se faciliter la vie.

Des informations techniques qu’ils ont partagées avec le grand public, le 26 octobre dernier. Ces premières rencontres Made in Viande est, selon Angélique, une initiative qu’il était indispensable de prendre. « Je pense que le message est toujours mieux délivré par le principal intéressé que par un intermédiaire. Les producteurs de viandes sont les mieux placés pour parler de leur métier. S’ils ne se mettent pas en avant personne ne le fera à leur place ou alors mal. Il n’y a pas de tabou dans nos productions, sachons simplement en parler.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes dans une vigne
La convention collective nationale de la production agricole et des Cuma en six questions
 La convention collective nationale de la production agricole et des Cuma entrera en application soit le 1er janvier si l'arrêté…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole