Aller au contenu principal

Les éleveurs de volailles se font abatteurs

L'abattoir de volailles Pouzadoux à Monteignet-sur-l'Andelot (Allier) aurait pu rejoindre la longue liste des outils aux portes définitivement closes. Une dizaine d'éleveurs de volailles de l'Allier et du Puy-de-Dôme a pourtant réussi à contrer ce funeste destin et à écrire une nouvelle page.

Les éleveurs abattent, découpent et conditionnent eux-mêmes leurs volailles en plus de gérer leur propre abattoir.

Dernier abattoir à façon


Réunie au sein de l'Association d'Abattage de Volailles de Fermes d'Auvergne, une poignée d'éleveurs de l'Allier et du Puy-de-Dôme ont réussi le pari fou de reprendre leur abattoir. Sauvé in-extremis d'une fermeture certaine, suite au départ à la retraite de ses gestionnaires, les frères Pouzadoux, l'outil fonctionne depuis août 2017, grâce à la seule volonté des éleveurs. Chaque semaine, ils abattent, découpent et conditionnent eux-mêmes environ 1 000 volailles issues de leurs élevages et de la basse-cour des particuliers. « C'est le dernier abattoir à façon du secteur » explique fièrement Julien Rieuf, président de l'association.
En effet, il n'est pas nécessaire d'avoir un nombre minimal d'animaux à tuer pour prétendre au service. Les éleveurs apportent les volailles qui leur conviennent et/ou dont ils ont besoin. C'est d'ailleurs cette particularité de fonctionnement, existante du temps des Frères Pouzadoux, qui a encouragé les membres de l'association à sauvegarder l'outil. « Nous sommes tous en vente directe. Reprendre l'abattoir était la solution pour ne pas avoir à investir dans des tueries individuelles. Et puis, nous avions envie que notre outil perdure. Il date peut-être des années 1990 mais les machines répondent entièrement aux normes en vigueur. Cela aurait été dommage de tout démonter ! » Depuis, les éleveurs-abatteurs louent les locaux à la famille Pouzadoux.

Trois métiers en un


Bien que cette aventure se déroule aujourd'hui sous les meilleurs auspices, parvenir à instaurer un équilibre et une organisation autour de l'abattoir n'a pas été simple. Les éleveurs ont d'abord dû construire leur association, revoir et acquérir les procédures sanitaires, administratives et de traçabilité et bien sûr, suivre plusieurs jours de formations sur l'abattage et la découpe des volailles. « La mobilisation des éleveurs a été difficile. Du temps des frères Pouzadoux, l'abattage de nos volailles demandait deux heures par semaine. Maintenant, nous sommes à une journée ! Nous prenons le temps de nous en occuper sinon nous ne pourrions pas vendre notre production ! »
Malgré ces difficultés, ils sont parvenus à reprendre l'abattoir « sans débourser un seul euro de leur poche » précise Julien Rieuf. Chaque éleveur paie une cotisation d'entrée dans l'association et le service d'abattage est facturé, comme aux particuliers, à hauteur de 3,70EUR TTC/poulet et pintade et 5,80EUR TTC/canard.
Quant au temps passé lors de la tuerie hebdomadaire du mardi, les éleveurs sont rémunérés comme tout salarié. « Nous pensons que pour faire fonctionner un tel outil, il faut instaurer un cercle vertueux et éviter les conflits d'intérêts. Chaque éleveur met la main à la pâte pour faire fonctionner l'abattoir et il est rémunéré à juste titre. Bien sûr si l'un d'entre nous à un empêchement de dernière minute (malade...) on ne lui jette pas la pierre et on complète son poste. »
Désormais, l'objectif de l'Association d'Abattage de Volailles de Fermes d'Auvergne et de ses adhérents est d'atteindre les 50 000 volailles abattues/an.


Mélodie Comte

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole