Aller au contenu principal

Les éleveurs de volailles sauvent leur abattoir

L’association d’Abattage de volailles de fermes d’Auvergne compte désormais une vingtaine d’adhérents.

Les éleveurs-abatteurs de l’association d’Abattage de volailles de fermes d’Auvergne terminent une année 2018 sur une stabilité des volumes.

Réunis au sein de l’association d’Abattage de volailles de fermes d’Auvergne, une vingtaine d’éleveurs de l’Allier et du Puy-de-Dôme sont parvenus à sauver in-extremis leur abattoir. L’outil aurait dû fermer ses portes il y a un peu plus d’un an, après le départ à la retraite de ses gestionnaires, les frères Pouzadoux. Les éleveurs de volailles perpétuent désormais l’activité du site avec plus de 38 000 volailles abattues en 2018 dont un tiers est certifié Biologique.

Trois métiers en un


Chaque semaine, les éleveurs-abatteurs de l’association abattent près de 1 000 volailles. Un jour unique de tuerie, le mardi, permet à chacun de concilier leurs trois professions. « Du temps des frères Pouzadoux, l’abattage occupait deux heures de notre temps par semaine. Maintenant c’est une journée. Nous sommes éleveurs, abatteurs et commerçants » explique Julien Rieuf, président de l’association. Les adhérents ont revêtu une troisième casquette en assurant la pérennité de leur abattoir. Un engagement indispensable à la survie de cet outil mais surtout de leurs exploitations. « Nous sommes tous en vente directe. Une tuerie individuelle sur l’exploitation demande un investissement d’environ 80 000€ mais surtout elle exige de la main-d’œuvre. Que l’on soit jeune ou moins jeune, ce n’est pas forcément l’orientation que l’on souhaite donner à son élevage. »

Recherche adhérents (es)


Les éleveurs ont tenu à conserver l’abattage à façon. Que l’on soit professionnel ou particulier, chacun peut faire tuer ses volailles, sans un nombre minimal d’animaux.
Les adhérents paient une cotisation d’entrée dans l’association. Le service d’abattage est facturé, comme aux particuliers, à hauteur de 3,70€ TTC/poulet et pintade et 5,80€ TTC/canard.
À la tête de l’abattoir de Monteignet-sur-l’Andelot depuis décembre 2018, les éleveurs-abatteurs ont désormais l’ambition d’atteindre fin 2019,  40 000 volailles abattues. « Plus on tue d’animaux moins l’outil nous coûte cher » explique Julien Rieuf qui ajoute « nous sommes ouverts à tout le monde, éleveurs conventionnels comme biologiques ».


Mélodie Comte

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole