Aller au contenu principal

Porcs
Les éleveurs de porcs interpellent Michel Barnier

Les éleveurs de porcs dénoncent les distorsions de concurrence qu’ils subissent et qui pénalisent la compétitivité de leurs productions sur le plan européen.

Le président de la Fédération nationale porcine (FNP), Jean-Michel Serres, a demandé au ministre de l'Agriculture de dresser pour le mois de juin « un bilan de santé de la production porcine française » afin de « corriger les distorsions de concurrence » dont sont victimes les producteurs par rapport à leurs voisins européens. Les distorsions dénoncées concernent les conditions du transport de l'aliment, pour lequel les véhicules sont limités à 40 tonnes. La FNP réclame un tonnage de 44 tonnes afin de diminuer les coûts liés à l'alimentation, déjà très élevés en raison de la flambée du cours des céréales.
Mais les distorsions de concurrence liées aux normes environnementales françaises et européennes restent la question la plus épineuse pour les producteurs. A propos des seuils d'autorisation des installations classées, plus bas en France, la FNP réclame des pouvoirs publics de les élever pour arriver au niveau européen. Quant aux zones d'excédents structurels (ZES) - excédents en nitrates - la Fédération épingle les coûts de traitement importants liés à la directive européenne sur les nitrates. Michel Barnier prône, lui, « une approche pragmatique sans remettre en cause nos propres engagements » environnementaux, pris lors du Grenelle de l'environnement.


Graisses animales
Il s'agit aussi de « lever l'obstacle technique » qui empêche les éleveurs français d'utiliser les graisses animales dans l'alimentation des animaux. Utilisation «possible chez nos voisins dont nous mangeons aussi les viandes», s'est empressé de dénoncer Jean-Michel Serres. En réponse, Michel Barnier a rappelé que leur utilisation était autorisée aussi en France, « mais les actuelles techniques d'extraction de ces graisses font craindre la présence de résidus protéiques » dans les aliments composés pour animaux, résidus interdits par la réglementation française depuis la crise de la vache folle.
Par ailleurs, le président de la FNP attend beaucoup de l'examen du projet de loi OGM par l'Assemblée nationale, espérant pouvoir utiliser des produits transgéniques dans l'alimentation animale, toujours pour réduire ses coûts.
Les autorisations d'OGM en Europe sont plus lentes qu'ailleurs et la réglementation française plus stricte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

En déplacement en Haute-Loire, le président de Région a pris toute la dimension de la problématique campagnols.
Aide de la Région à la lutte collective
Le Président de Région en déplacement sur une exploitation à St Front (43) est venu constater la situation sanitaire…
Eric Greliche : « Le choix qui a été fait sur la Limagne est d’avoir des exploitations familiales, viables, produisant de la valeur ajoutée et insérées dans un circuit de proximité entre production et transformation».
"L'eau, un enjeu de territoire et de multi-usages"
Producteur de semences de grandes cultures et potagères à Espirat, administrateur Limagrain en charge du groupe eau, élu au…
Michèle Boudoin, présidente de la FNO
« L’aide ovine sera essentielle pour nos éleveurs ovins demain »
Alors que les négociations dans le cadre de la future PAC sont en cours, Michèle Boudoin, présidente de la FNO(*), appelle le…
Le Puy-de-Dôme compte chaque année de nouveaux éleveurs de chèvres qui ont aujourd'hui besoin de se rassembler pour répondre à leurs besoins techniques.
Les éleveurs caprins puydômois cherchent à se structurer
Réunis la semaine dernière, les éleveurs caprins du Puy-de-Dôme entament une réflexion autour de la création d'une association…
JA AURA
Prix : Les jeunes veulent siffler la fin de la partie
Pas de renouvellement des générations sans prix rémunérateurs pour les Jeunes agriculteurs d’Auvergne Rhône-Alpes. A l’occasion…
A gauche, l'épi d'un maître brin d'orge non gelé et à droite touché par le froid.
Les réels dégâts du gel encore incertains
Les gelées du 5 au 9 avril ont occasionné d'importants dégâts dans les vignes, les vergers mais également dans les champs où blés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole