Aller au contenu principal

Porcs
Les éleveurs de porcs interpellent Michel Barnier

Les éleveurs de porcs dénoncent les distorsions de concurrence qu’ils subissent et qui pénalisent la compétitivité de leurs productions sur le plan européen.

Le président de la Fédération nationale porcine (FNP), Jean-Michel Serres, a demandé au ministre de l'Agriculture de dresser pour le mois de juin « un bilan de santé de la production porcine française » afin de « corriger les distorsions de concurrence » dont sont victimes les producteurs par rapport à leurs voisins européens. Les distorsions dénoncées concernent les conditions du transport de l'aliment, pour lequel les véhicules sont limités à 40 tonnes. La FNP réclame un tonnage de 44 tonnes afin de diminuer les coûts liés à l'alimentation, déjà très élevés en raison de la flambée du cours des céréales.
Mais les distorsions de concurrence liées aux normes environnementales françaises et européennes restent la question la plus épineuse pour les producteurs. A propos des seuils d'autorisation des installations classées, plus bas en France, la FNP réclame des pouvoirs publics de les élever pour arriver au niveau européen. Quant aux zones d'excédents structurels (ZES) - excédents en nitrates - la Fédération épingle les coûts de traitement importants liés à la directive européenne sur les nitrates. Michel Barnier prône, lui, « une approche pragmatique sans remettre en cause nos propres engagements » environnementaux, pris lors du Grenelle de l'environnement.


Graisses animales
Il s'agit aussi de « lever l'obstacle technique » qui empêche les éleveurs français d'utiliser les graisses animales dans l'alimentation des animaux. Utilisation «possible chez nos voisins dont nous mangeons aussi les viandes», s'est empressé de dénoncer Jean-Michel Serres. En réponse, Michel Barnier a rappelé que leur utilisation était autorisée aussi en France, « mais les actuelles techniques d'extraction de ces graisses font craindre la présence de résidus protéiques » dans les aliments composés pour animaux, résidus interdits par la réglementation française depuis la crise de la vache folle.
Par ailleurs, le président de la FNP attend beaucoup de l'examen du projet de loi OGM par l'Assemblée nationale, espérant pouvoir utiliser des produits transgéniques dans l'alimentation animale, toujours pour réduire ses coûts.
Les autorisations d'OGM en Europe sont plus lentes qu'ailleurs et la réglementation française plus stricte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie.
Une chèvrerie au service de son éleveuse
A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie et un local de transformation pour augmenter sa production de fromages…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Troupeau de moutons
La filière ovine recrute
Faire naître de nouvelles vocations d’éleveurs ovins est la colonne vertébrale du programme Inn’ovin initié par l’interprofession…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole