Aller au contenu principal

Caprins
Les éleveurs de chèvres inquiets de l’avenir

Selon les résultats de l’Institut de l’élevage (Idele), le bilan est assez mitigé pour les éleveurs de chèvres en 2020.

Groupe de chèvres avec verres de lait

En élevage caprin, les approvisionnements de lait ont été stables et ont permis de " fournir un marché des fromages redynamisé par les confinements ", a indiqué Maria Campos Herrada économiste à l’Idele. La collecte s’est accrue en 2020 de +4 % par rapport à 2019 pour un volume total de 502 millions de litres (+19 Ml). Le prix de base du lait a grimpé de +3,5 % en 2020, pour s’établir à 681 €/1 000 litres. Et le marché des fromages a été redynamisé par les demandes des ménages pendant les confinements, les hausses d’achat enregistrées dépassant les 15 % en avril et mai 2020.

Renouveler les générations

Cependant, ces chiffres cachent, selon la FNEC et l’Idele, une réalité et des perspectives plus inquiétantes. En effet, l'indice des prix d'achat des moyens de production agricole (Ipampa*) a atteint, l’an dernier, un niveau historique, jamais vu depuis 2005, en raison de la flambée des prix des aliments. " Les charges en élevage se sont envolées au second semestre 2020, notamment le dernier trimestre : +4 % ", a indiqué Maria Campos Herrada. La collecte s’est donc ralentie en début d’année 2021 et les éleveurs sont peu optimistes, surtout si l’année 2021 devait connaître des incidents climatiques comparables à ceux de l’an dernier. La FNEC s’inquiète également de la persistance de la crise du chevreau dont les cours ont peiné à décoller. Les prix qui ont stagné entre 2,60 à 2,70 €/kg vif de mars à septembre sont revenus à des valeurs plus normales à Noël (4,20 €/kg vif) mais sans garantie pour l’avenir.  
La profession devra aussi relever le défi du renouvellement des générations car " le vieillissement de la population est tendancielle dans les élevages y compris caprins ", a indiqué Philippe Chotteau, chef du département économique de l’Idele. Mais la transmission et l’installation sont liées à des " conditions de revenus rémunérateurs ", a souligné Franck Moreau, secrétaire général de la FNEC. Il souhaite surtout un rééquilibrage des installations entre les livreurs et les producteurs fermiers. " Produire du lait pour une entreprise est tout à fait respectable. Les collecteurs ont un véritable travail de communication à faire, pour redonner du sens à ce système livreur ", a-t-il conclu.

*L’IPAMPA permet de suivre l’évolution des prix des biens et des services utilisés par les agriculteurs pour leur exploitation agricole.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

En déplacement en Haute-Loire, le président de Région a pris toute la dimension de la problématique campagnols.
Aide de la Région à la lutte collective
Le Président de Région en déplacement sur une exploitation à St Front (43) est venu constater la situation sanitaire…
Eric Greliche : « Le choix qui a été fait sur la Limagne est d’avoir des exploitations familiales, viables, produisant de la valeur ajoutée et insérées dans un circuit de proximité entre production et transformation».
"L'eau, un enjeu de territoire et de multi-usages"
Producteur de semences de grandes cultures et potagères à Espirat, administrateur Limagrain en charge du groupe eau, élu au…
Michèle Boudoin, présidente de la FNO
« L’aide ovine sera essentielle pour nos éleveurs ovins demain »
Alors que les négociations dans le cadre de la future PAC sont en cours, Michèle Boudoin, présidente de la FNO(*), appelle le…
Le Puy-de-Dôme compte chaque année de nouveaux éleveurs de chèvres qui ont aujourd'hui besoin de se rassembler pour répondre à leurs besoins techniques.
Les éleveurs caprins puydômois cherchent à se structurer
Réunis la semaine dernière, les éleveurs caprins du Puy-de-Dôme entament une réflexion autour de la création d'une association…
JA AURA
Prix : Les jeunes veulent siffler la fin de la partie
Pas de renouvellement des générations sans prix rémunérateurs pour les Jeunes agriculteurs d’Auvergne Rhône-Alpes. A l’occasion…
A gauche, l'épi d'un maître brin d'orge non gelé et à droite touché par le froid.
Les réels dégâts du gel encore incertains
Les gelées du 5 au 9 avril ont occasionné d'importants dégâts dans les vignes, les vergers mais également dans les champs où blés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole