Aller au contenu principal

Elevage
Les éleveurs caprins puydômois cherchent à se structurer

Réunis la semaine dernière, les éleveurs caprins du Puy-de-Dôme entament une réflexion autour de la création d'une association pour développer l'offre de formations et d'appuis techniques.

Le Puy-de-Dôme compte chaque année de nouveaux éleveurs de chèvres qui ont aujourd'hui besoin de se rassembler pour répondre à leurs besoins techniques.

Les éleveurs caprins puydômois entament une réflexion autour d'une possible association. L'idée émane du "Groupe de l'Est", un petit groupe d'une dizaine d'éleveurs caprins répartis entre Ambert et Thiers. Créé en 2015 par hasard au cours d'une formation sur les coûts de production, il permet aux chevriers de travailler ensemble sur différentes thématiques (coûts de production, formations...). Une émulation collective bénéfique à chacun, qu'ils souhaitent étendre désormais à tout le département pour répondre aux besoins des chevriers, toujours plus nombreux.

Des chevriers plus nombreux

Depuis 2016 le Puy-de-Dôme connaît une augmentation non négligeable du nombre d'éleveurs caprins. Chaque année, ils sont entre cinq et huit éleveurs à s'installer dont 62% d'entre eux en hors-cadre familial. Or à ce jour, aucune structure dédiée pour les accompagner dans leur production, à 85% en vente directe, n'existe alors que leurs besoins en appui technique, formation et bien d'autres sont importants. Christian Gauchon, éleveur caprin témoigne : " Quand j’ai démarré, je me suis senti seul. Sur le Puy-de-Dôme, il n'y a quasiment rien pour les éleveurs caprins : aucun technicien, ni conseiller spécialisé dans la production de lait de chèvre. J'avais besoin de me comparer aux autres pour me situer et progresser." La réponse à l'éleveur viendra bien des années plus tard avec le "Groupe de l'Est". "Le groupe est super parce que nous sommes tous là pour travailler ensemble et non juger le voisin. Nous réalisons tous les ans des formations sur des thématiques que nous choisissons ensemble. Nous devons l'étendre à tous les chevriers puydômois."

L'EDE ouvre un Contrôle Laitier chèvre

Le 9 avril dernier, une quinzaine d'éleveurs s’est réunie à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme pour justement entamer une réflexion autour d'une possible association. Eugénie Schaff, productrice à Sugères voit dans l'officialisation de leur groupe l'opportunité de développer l'appui technique dans le département. "Créer officiellement quelque chose permettra d’avoir plus de poids. Depuis trois ans, nous parlons et demandons un service de contrôle laitier. L'EDE Conseil Élevage nous l'annonce pour ce milieu d'année ! Comme quoi la force du collectif a son importance."
L'association, ou tout autre forme de regroupement, permettra ainsi de combler les vides techniques existants. Ni la Chambre d'agriculture, ni le Conseil Élevage n'ont dans leurs services un conseiller spécialisé dans l'élevage de chèvre. "La production est encore trop petite aujourd'hui pour recruter quelqu'un" avoue Clémentine Lacour, conseillère fourrage à la Chambre d'agriculture. Le regroupement des éleveurs ouvrira ainsi la voie vers des formations et/ou des interventions de techniciens spécialisés exerçant dans les régions voisines. Les chevriers puydômois entament donc leur réflexion autour de leur association avec l'espoir d'aboutir à un résultat à la prochaine intersaison.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

En déplacement en Haute-Loire, le président de Région a pris toute la dimension de la problématique campagnols.
Aide de la Région à la lutte collective
Le Président de Région en déplacement sur une exploitation à St Front (43) est venu constater la situation sanitaire…
Eric Greliche : « Le choix qui a été fait sur la Limagne est d’avoir des exploitations familiales, viables, produisant de la valeur ajoutée et insérées dans un circuit de proximité entre production et transformation».
"L'eau, un enjeu de territoire et de multi-usages"
Producteur de semences de grandes cultures et potagères à Espirat, administrateur Limagrain en charge du groupe eau, élu au…
Michèle Boudoin, présidente de la FNO
« L’aide ovine sera essentielle pour nos éleveurs ovins demain »
Alors que les négociations dans le cadre de la future PAC sont en cours, Michèle Boudoin, présidente de la FNO(*), appelle le…
Le Puy-de-Dôme compte chaque année de nouveaux éleveurs de chèvres qui ont aujourd'hui besoin de se rassembler pour répondre à leurs besoins techniques.
Les éleveurs caprins puydômois cherchent à se structurer
Réunis la semaine dernière, les éleveurs caprins du Puy-de-Dôme entament une réflexion autour de la création d'une association…
JA AURA
Prix : Les jeunes veulent siffler la fin de la partie
Pas de renouvellement des générations sans prix rémunérateurs pour les Jeunes agriculteurs d’Auvergne Rhône-Alpes. A l’occasion…
A gauche, l'épi d'un maître brin d'orge non gelé et à droite touché par le froid.
Les réels dégâts du gel encore incertains
Les gelées du 5 au 9 avril ont occasionné d'importants dégâts dans les vignes, les vergers mais également dans les champs où blés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole