Aller au contenu principal

Doux
Les éleveurs attendent des garanties

Le redressement judiciaire du groupe Doux a un impact direct sur les trésoreries des éleveurs.

La quinzaine d’éleveurs installés dans l’Allier, dans le Puy-de-Dôme et la Creuse livrant au groupe Doux s’est réunie, en début de semaine, à Saint-Pourçain-sur-Sioule dans l’Allier.

Le redressement judiciaire du groupe Doux plonge les éleveurs dans une situation particulièrement compliquée. « Le montant des créances dû par le groupe Doux atteint sur certaines exploitations plus de 30.000 euros », explique Jacques Force, président de la section régionale avicole d’Auvergne. S’ajoutent à ces problèmes de trésorerie, des difficultés pour être approvisionné en aliments et en gaz. Les matières premières arrivant au compte-goutte, l’usine d’aliments Doux de Clémont dans le Cher tourne aussi au ralenti, même si ce problème devrait être résolu dans les prochains jours. La fabrication et du coup la livraison

d’aliments destinés aux volailles est donc retardée.

Du côté de l’énergie aussi, la cessation de paiement du groupe Doux paralyse les approvisionnements. Faute d’être réglé, certains gaziers refusent d’honorer les commandes.

La section régionale avicole souhaite que ces blocages soient levés dans les plus brefs délais pour que les éleveurs continuent de travailler et surtout de produire. Elle en appelle aussi aux banques « afin de trouver les solutions de trésorerie les plus adaptées aux éleveurs, face à une problématique qui n’est pas de leur responsabilité ».

« Aujourd’hui, il est primordial que l’administrateur judiciaire du groupe Doux fournisse des garanties de paiement sur les créances ainsi que sur la pérennité des outils de production », insiste Jacques Force. Mais aussi, que les négociations nationales relatives à la poursuite d’activité du groupe, aboutissent.

Les éleveurs ont besoin de lisibilité, eux-aussi doivent gérer leur entreprise.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole