Aller au contenu principal

Les EDT envisagent une augmentation de leurs tarifs

Les EDT du Puy-de-Dôme clôturent une année 2018 compliquée, entre sécheresse automnale, baisse des rendements de betteraves et explosion des charges.

Éric Alexandre (au centre), président des EDT du Puy-de-Dôme estime la hausse de tarifs « regrettable » mais « indispensable ».

Les Entrepreneurs Des Territoires du Puy-de-Dôme, réunis le 25 janvier dernier à l’occasion de leur assemblée générale, ont rappelé leur volonté de « soutenir nos clients dans ce contexte agricole morose ». Malheureusement, encore une fois, la dernière campagne ne s’est pas déroulée dans les meilleures conditions. Le GNR a notamment accusé une hausse de prix de plus de 30%. Le prix d’achat des machines, leur entretien et les charges salariales ont également poursuivi leur progression. Les EDT arrivent donc à la conclusion qu’ils tentaient d’éviter depuis plusieurs années : « il nous faut envisager une augmentation de nos tarifs entre 2 et 3% pour passer le cap » explique Patrice Grand, co-président de l’Union Régionale des EDT d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Des charges toujours plus lourdes


Cette augmentation, Éric Alexandre, président des EDT du Puy-de-Dôme, la regrette également. « Nos clients sont fragiles. Les faibles rendements en betterave et l’incertitude sur les cours créent une situation préjudiciable. Mais nous ne pouvons malheureusement pas tout assumer. Nous avons, nous aussi, des entreprises à faire tourner. »
Elles sont d’ailleurs 40 à adhérer à l’association des EDT du Puy-de-Dôme. Des entreprises pilotées par des jeunes mais surtout par des moins jeunes pour qui l’heure de la retraite approche. A l’image des exploitations agricoles, les EDT peinent à trouver des successeurs. « Nous souffrons encore aujourd’hui d’une image désuète. Pourtant nous n’avons plus rien du commis de ferme ! » La décision a alors été prise de réinvestir les lycées agricoles afin de promouvoir la profession. L’un des projets des EDT du Puy-de-Dôme pour cette nouvelle année, est également de renforcer leurs actions de communication sur les réseaux sociaux et surtout au Sommet de l’élevage. « La Fédération Nationale des EDT a considéré notre participation comme une réussite. Elle travaille à un projet de plus grande envergure pour l’édition 2019. Les EDT auraient leur propre stand avec des animations. L’objectif étant de promouvoir nos structures auprès de repreneurs potentiels. »

Vers l’avenir et la technologie


Le point fort des EDT auprès des nouvelles générations est leur capacité d’évolution et d’innovation. Récemment, la Fédération Nationale a édité une plateforme « d’audit », « My EDT » pour accompagner ses adhérents tant dans la communication, que l’emploi de salariés… « Nous ne sommes pas seuls » affirme Éric Alexandre qui exhorte ses confrères à « employer tous les outils à notre disposition ».
Toujours à l’affut des nouveautés technologiques et des matériels performants, les EDT du Puy-de-Dôme ont accueilli, durant leur assemblée générale, le Directeur Innovation et Développement Agronomique chez Limagrain,  Michel Prévost, venu présenter un projet de modulation de la densité de semis sur maïs. En cours de développement, ce programme permettrait à terme « d’appliquer l’exacte quantité de semence en fonction des hétérogénéités de sols ». Les premiers essais font état d’un gain de rendement moyen de +3%. Désireux de passer désormais à l’étape supérieure, l’expérimentation en plein champs, le premier semencier d’Europe a besoin du concours des entrepreneurs, « les rares à être équipés de semoir avec modulation ».


Mélodie Comte

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole