Aller au contenu principal

Dérobé
Les dérobés, une preuve de solidarité

Il y a deux mois, Patrick Trillon, et son fils Mathieu, ont semé du sorgho sur une de leurs parcelles pour venir en aide à Pascal Servier, éleveur au Vernet-Sainte- Marguerite.

Le sorgho, semé fin juillet, a connu une croissance fulgurante. Mathieu Trillon ne pensait pas que le dérobé atteindrait une telle végétation.

Pascal Servier est éleveur laitier et ovin, sur la commune du Vernet-Sainte-Marguerite. La sécheresse des derniers mois lui a fait perdre près de 35% de sa récolte fourragère. Afin de nourrir ses 500 brebis et ses 135 vaches, il se met à la recherche de surfaces pour semer du dérobé.

 

Premier essai

Patrick et Mathieu Trillon, des amis de longue date, proposent spontanément l’une de leurs parcelles, sur la commune de Saint-Beauzire. « Nous avons choisi une parcelle qui fait 14 ha d’un seul tenant. C’est plus pratique pour réaliser l’implantation et les autres interventions. De plus, elle n’est pas limitée par l’irrigation » explique Mathieu Trillon.

Pour l’éleveur, cet élan d’amitié est avant tout un beau geste de solidarité. « Quand Patrick Trillon a su que je cherchais des dérobés, il s’est manifesté spontanément. Pour moi, il a eu une réaction d’amitié mais surtout une volonté d’être solidaire.» Dès lors, ils choisissent tout deux l’espèce à implanter. Leur choix s’arrête alors sur le sorgho. « Nous avons choisi d’un commun accord. Le but était d’implanter une espèce à la croissance rapide et facile de destruction. Le sorgho ne résiste pas aux gelées. » Pascal Servier achète la semence et Patrick Trillon, avec l’aide de son fils, s’engage à implanter et à mener à terme la culture.

Pour les trois associés, la route vers l’inconnu démarre à la fin du mois de juillet. « Nous avons semé sans aucune préparation préalable du sol. La paille avait seulement été ramassée. C’était la première fois que nous faisions du sorgho. Aujourd’hui, je suis surpris du résultat » explique Mathieu Trillon. En effet, le dérobé a reçu le strict nécessaire pour sa croissance. Il n’a été irrigué que deux fois et fertilisé deux semaines après le semis. A quelques jours de la récolte, le sorgho atteint par endroit plus de deux mètres de haut. Une belle réussite pour un premier essai.

Solidarité fourrage

La commune de Pascal Servier n’est pas classée en zone « calamités agricoles ». Impossible donc pour les agriculteurs de bénéficier de l’aide proposée par le Conseil général du Puy de Dôme. Malgré cela, Patrick et Mathieu Trillon n’ont pas fait machine arrière. Pascal Servier a acheté la semence et l’engrais. Il prend également en charge la récolte et l’acheminement jusqu’à son exploitation. Le sorgho sera fauché puis bottelé. L’accord passé entre les trois agriculteurs arrive à son terme.

« Je les salue et les remercie parce qu’ils ont fait du super travail. Nous ne savions pas si le sorgho allait réussir. C’est allé au-delà de ce que je pensais» témoigne Pascal Servier.

Dans le journal du 18 août, un article a été publié au sujet d’une implantation de culture de dérobé. Yves Berthet, céréalier à Ennezat, avait conclu un accord avec son ami Gilles Morel, éleveur laitier à La Goutelle, pour l’implantation de dérobé. Cinq hectares avaient été semés début août, avec du trèfle d’Alexandrie, de Perse et du ray-grass alternatif italien. Le dérobé s’est bien implanté et développé mais il faut attendre encore une dizaine de jours pour la récolte.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Le Covid aura finalement eu raison du plus grand rassemblement du monde de l'élevage.
Le Sommet de l'élevage reporté en 2021
Le rendez-vous européen des professionnels de l'élevage prévu début octobre à Clermont-Ferrand ne se tiendra pas cette année.
De gauche à droite : Bertrand Bissuel, directeur du lycée, Alain Mercier, président de la Communauté de communes Dômes Sancy Artense , Brice Hortefeux et le sénateur Jean-Marc Boyer.
Des travaux au lycée de Rochefort-Montagne
Le lycée agricole de Rochefort-Montagne est engagé dans un plan de rénovation de ses bâtiments pour lequel la Région contribue à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole