Aller au contenu principal

Région d’Ennezat
Les conséquences des terres «redevenues » marécageuses

De nombreux agriculteurs sont victimes des inondations dues aux orages du 4 juin dernier.


100 à 130 millimètres d’eau sont tombées en 45 minutes sur une région qui s’étend du nord d’Ennezat au sud de Chappes et de St-Beauzire à St-Laure en passant par Entraigues et le canton de Riom. C’est l’équivalent de 20% de la pluviométrie annuelle sur ce secteur qui a été apporté par un seul orage violent. Quelles sont aujourd’hui les conséquences sur les cultures et pour les exploitants ?

Premier constat
Il reste de l’eau dans les parcelles. En effet, les fossés, comblés par des éboulements de terrain, évacuent encore mal l’eau contenues dans les champs. Gilles Berthonnèche, agriculteur dans le marais d’Ennezat nous fait visiter ses champs de betteraves. L’odeur de pourriture molle témoigne de l’état des racines : en confiture, liquéfiées ! «J’ai perdu 2,5 ha de betteraves et 4 autres ha ne sont pas certains de voir la fin de la campagne. C’est un manque à gagner de 4000 euros sans compter les charges opérationnelles» dit-il contrarié.
Christophe Cautier, agriculteur à St-Beauzire, déplore la noyade des plants de pomme de terre depuis plus de 15 jours. «Les tubercules pourrissent dans la vase et on ne peut rien faire techniquement pour les rattraper». Les maïs de consommation et de semences sont aussi touchés : «Beaucoup de plants sont asphyxiés et dépérissent dans les fonds de parcelles. Pour les autres, l’hétérogénéité de croissance est observée, d’autant plus importante qu’une croûte de battance, atypique pour nos sols, s’est formée».
Joël Arnaud, agriculteur à Ménétrol, précise que «les céréaliers touchés attendent beaucoup des conditions climatiques afin qu’elles soient favorables pour récolter les blés versés».
Les producteurs de tabac sont également touchés par la stagnation de l’eau dans leurs parcelles. Olivier Chambon, technicien à Périgord Tabac, précise que «les plants jaunissent et les racines ont du mal à tenir. Cet orage a eu lieu au moment le plus critique de la culture, le stade de la reprise. On comptabilise une dizaine d’hectares en difficulté, en particulier dans les anciens marécages sur la commune de St-Laure, une des plus importantes en surfaces de tabac. Nous avons aussi des craintes dues au ravinement des parcelles et au contact des herbicides des cultures voisines».
Pour conclure le constat, Michel Cautier, président du syndicat communal de Chappes s’interroge sur l’entretien des berges. «Le mauvais entretien des berges des ruisseaux et des rivières et le manque de curage des fossés laissent la végétation se développer de façon anarchique et freiner ainsi le bon écoulement de l’eau. Les dégâts causés par les rats musqués et les ragondins ne sont pas anodins non plus.»


 

Quelles conséquences sur le revenu ?
Les conséquences sont certainement néfastes pour le revenu des exploitants de cette zone.
L’UDSEA a pris contact avec l’administration pour trouver des solutions sur les communes concernées, à défaut de ne pas pouvoir enclencher la procédure calamité agricole au vu des seuils réévalués depuis la parution d’un décret modificateur le 24 avril dernier.
En effet, la procédure calamité agricole est applicable lorsque la perte représente plus de 42 % pour les cultures aidées PAC et 13 % du produit brut d’exploitation
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Défilé de politiques en vue et débat de haut niveau sur l'élevage européen
A quelques mois de l'élection présidentielle, les candidats devraient se rendre en nombre au Sommet de l'Elevage, organisé du 5…
Compact, adaptable et performant, le prototype de compresseur à entraînement hydraulique de la société MAC3 a été testé par plusieurs agriculteurs dont les retours ont participé à sa conception et son amélioration.
Le premier compresseur agricole promet performance et adaptabilité
La société MAC3, spécialisée dans la conception et la fabrication de compresseurs de chantier, vient d'élaborer un compresseur…
Des éleveurs heureux de se retrouver pour mettre en avant leur travail.
Pari réussi pour le trentième Sommet de l’élevage
En accueillant 93 000 visiteurs durant quatre jours, le Sommet de l’élevage a fait le plein. Une fréquentation exceptionnelle qui…
Entretien sur le stand de la FRSEA avec les responsables professionnels.
Au Sommet de l’élevage, le ministre assure le service après-vente de la loi Egalim 2
Présent mardi au Sommet de l’élevage, Julien Denormandie a participé à une séance de questions-réponses aux côtés de Grégory…
Aides PAC
Montants des aides PAC 2021

Les montants pour la campagne 2021, publiés en octobre 2021 par le ministère de l'Agriculture, sont les suivants :

L’Aubrac, tête d’affiche du Sommet de l’élevage
La race Aubrac retrouve avec impatience et grand plaisir le Sommet de l’Élevage et les grands espaces du Zénith d'Auvergne pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole