Aller au contenu principal

Recherche
Les blés de demain naîtront en Auvergne

Des blés plus robustes moins exigeants en eau et en engrais, c’est la finalité du projet, Breedwheat, qui a été lancé officiellement, jeudi dernier, à Clermont-Ferrand.

Laurent Wauquiez, entouré à gauche du préfet de région, Francis Lamy et à droite de Marion Guillou, présidente de l’INRA.

Breedwheat, le nom d’une nouvelle gamme de céréales pour petit-déjeuner ? Non, non bien plus que ça, un projet d’envergure mondiale de recherche sur le blé qui a été lancé en grande pompe la semaine dernière, sur le site clermontois de l’Inra en présence notamment du ministre de la Recherche et de l’Enseignement supérieur, Laurent Wauquiez, de la présidente de l’Inra Marion Guillou, du président de la Fnsea, Xavier Beulin et du préfet de la région Auvergne, Francis Lamy. Coordonné par Catherine Feuil-let, directrice de recherche à l’Inra de Theix, Breedweath combinera de nouvelles technologies de génotypage et de phénotypage à haut débit pour identifier les facteurs génétiques impliqués dans les caractères d’intérêts agronomiques tels que le rendement, la qualité et la tolérance au stress. «Ce projet marque une nouvelle étape dans la sélection du blé, démontrant que l’agriculture est aussi une activité de pointe», a estimé Marion Guillou. Développer de nouvelles variétés plus robustes, moins exigeantes en eau et en engrais, pour une agriculture plus respectueuse de l’environnement et adaptée au changement climatique, ce défi, les 26 partenaires publics et privés du projet auront neuf ans pour le relever. 179 chercheurs et techniciens vont se mobiliser et 48.000 tests en placettes en champs seront mis en place. Elu «investissement d’avenir», dans le cadre d’un appel à projet lancé par l’Etat, Breedweath va bénéficier d’un budget de 34 millions d’euros.

Pierre Pagesse, président de Limagrain, coopérative associée au projet, s’est félicité «qu’à l’heure où il va falloir nourrir la planète, la filière blé se dote d’un arsenal de recherche capable de trouver dans la diversité génétique, les caractères adaptés à demain».

 

Et les OGM…

De son côté, le ministre de la Recherche et de l’Enseignement supérieur a estimé que «nous avons besoin de faire confiance à nos chercheurs car ils portent les clés de notre avenir», balayant ainsi d’un revers de la main les pensées obscurantistes. Dans la même veine, le président de la Fnsea, n’a pas hésité à lancer «qu’en matière de biotechnologies, la France devait faire sa révolution et ne pas renoncer à relever des défis énormes». Autrement dit, la recherche pour Xavier Beulin passe aussi par l’exploration des OGM. Au-delà de la diversité naturelle, la présidente de l’Inra estime elle aussi, qu’il ne faut pas fermer la porte aux nouvelles technologies.

Si Breedweath ne fera pas appel aux OGM, il n’en demeure pas moins que ce projet devrait permettre un saut quantitatif et qualitatif indispensable pour la filière blé. Une filière dont les rendements stagnent en France depuis 1995 autour de 7,5 tonnes/ha.

 

Deux autres projets élus en Auvergne

Le Ministre a visité, outre l’INRA, deux autres sites de recherche d’excellence qui devrait garantir à l’Auvergne une longueur d’avance en matière d’innovation.

Le projet de laboratoire d’excellence «CLERVOLC» va ainsi permettre à Clermont-Ferrand et sa région de démultiplier la visibilité européenne et internationale acquise dans le domaine la volcanologie, secteur profondément enraciné dans le patrimoine local et qui fait partie de l’expertise auvergnate par excellence. Le GRED, fruit du rapprochement entre les universités d’Auvergne et Blaise-Pascal, l’Inserm et le CNRS, va permettre d’avoir une vision stratégique partagée à l’échelle du territoire dans des domaines relevant de l’étude des pathologies et de la reproduction. Leurs travaux permettront d’améliorer le traitement contre des maladies comme le cancer ou l’infertilité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Claude Font, élu à la FNO en charge du dossier loup
Claude Font : «L’objectif fixé, c’est zéro attaque»
Premières tendances de prédation en 2020, projet gouvernemental de rehaussement du plafond de prélèvement, l’actualité autour du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole