Aller au contenu principal

UDSEA 63 pac
«Les arbitrages nationaux vont être décisifs»

Claude Raynaud réagit aux orientations de la future 2014/2020.

Claude Raynaud, président de l’Udsea du Puy-de-Dôme

La prochaine PAC pour la période 2014-2020 vient d’être validée par l’Europe, quelle est votre première réaction ?

Claude Raynaud : Après des négociations longues et difficiles et une incertitude budgétaire, l’Europe a fixé le cadre communautaire, reste maintenant aux états membres à mettre en place leurs arbitrages nationaux. Dès cet instant, le syndicalisme à tous ses niveaux doit interpeler les décideurs, le risque de déviance par rapport aux objectifs initiaux est important. Si nous n’y prenons pas garde la politique agricole ne sera plus européenne, mais nationale et à l’intérieur d’une même production naitront des distorsions importantes entre pays membres.

 

Au vu des grandes lignes de cette réforme, quelles vont être les attentes des agriculteurs du Puy-de-Dôme ?

C. R : Le Puy-de-Dôme est un département multi productions avec ses avantages et ses inconvénients, tous n’ont pas forcément les mêmes attentes, mais d’une manière générale, les producteurs veulent des systèmes qui leur simplifient la vie et leur donnent une lisibilité pour l’avenir en les rassurant. Plus dans le détail, le verdissement ne doit pas conduire à une régression de la production, par exemple les détenteurs de prairies permanentes subissent la double peine avec le non retournement de 95% des surfaces. La nouvelle délimitation des zonages à contraintes naturelles ne doit pas non plus exclure du dispositif les secteurs intermédiaires jusque là éligibles, ce serait synonyme de la disparition de l’agriculture dans ces territoires. Le couplage des aides pour les productions fragiles dans les secteurs difficiles doit être maximum, aujourd’hui tout le monde voudrait être recouplé, attention de ne pas tomber dans du saupoudrage. Il est également nécessaire de donner de la souplesse dans l’adaptation face à cette nouvelle donne, une exploitation agricole ne change pas du jour au lendemain.

 

Les revendications en faveur de l’élevage et de l’agriculture en zone de montagne risquent de ne pas convenir à l’ensemble des agriculteurs ?

Aujourd’hui, il est clair que l’élevage et l’agriculture en zone de montagne connaissent des difficultés, et ce n’est pas pour rien, que lors de son congrès, la FNSEA a déclaré l’élevage cause nationale. Derrière ces mots, il faut des actes, la PAC peut apporter des réponses, encore faut-il que les contraintes et réglementations diverses et variées ne soient pas plus pénalisantes que les avancées obtenues. La lourdeur et le temps de réaction des politiques publiques font qu’elles sont souvent en décalé avec la conjoncture, l’ampleur de la volatilité des cours est telle que prévoir une politique pour six ans relève de la boule de cristal. Une meilleure efficacité des outils de gestion des marchés serait bénéfique à l’ensemble de l’Agriculture, et ce n’est pas la baisse de l’aide de 25% de l’assurance climatique pour 2013 qui nous rassure sur ce domaine. Le président d’un syndicat généraliste souhaite que l’ensemble des exploitants du département vivent dignement de leur production qui est en harmonie avec le territoire où ils se trouvent, la « boîte à outils » est entre les mains du Ministre, espérons qu’il l’utilise au mieux sans appliquer le vieil adage, diviser pour mieux régner.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole