Aller au contenu principal

Les agriculteurs soucieux de la préservation de la ressource en ea

JA 63 et FNSEA63 ont participé à la réunion de la Mission interservices de l’eau et de la nature (MISEN) réunie pour dresser le bilan de son action 2016.

Des contrôles inopinés sur des bassins possédant des captages d’eau potables auront également lieu.

L’objectif de la Mission interservices de l’eau et de la nature (MISEN) est d’atteindre le bon état des masses d’eau dans le département. Pour cela, un programme d’actions se décline en plusieurs axes : la gestion de la ressource en eau, la préservation de la qualité des eaux et la prévention des risques liés à l’eau.

Tous les ans, la MISEN établit le bilan des actions menées par les services de l’État dans les domaines de l’eau et de la nature, et fixe les objectifs pour l’année suivante en mettant en valeur les enjeux spécifiques du territoire. Les contrôles, effectués tout au long de l’année permettent de s’assurer qu’il n’y a pas d’infractions. Ces contrôles peuvent se faire sur documents ou directement sur le terrain, de façon inopinée ou programmée.

En matière de chiffres, 2639 journées de contrôles ont eu lieu en 2016. Ces contrôles touchent aussi bien les particuliers, les collectivités, les industries, les agriculteurs.

Pour le secteur agricole, les contrôles portent sur la qualité de l’eau, l’utilisation des produits phytosanitaires et la gestion quantitative de la ressource en eau.

Les bassins versants du Lembronnet, du Charlet et de la Bouble contrôlés en 2017

En 2016, en ce qui concerne la qualité de l’eau, c’est le bassin versant du Buron qui a été visité. Sur 45 jours de contrôles (moins de contrôles que prévus à cause du printemps pluvieux), seulement une seule non-conformité a été relevée. Pour 2017, 140 jours de contrôles sont prévus. Ils concerneront les bassins versants du Lembronnet et du Charlet en Limagne Sud, et le bassin versant de la Bouble dans le nord du département.

Des contrôles inopinés sur des bassins possédant des captages d’eau potables auront également lieu.

Concernant l’utilisation de produits phytosanitaires, en 2016 les locaux de stockage et les aires de remplissage ont été vérifiés. En 2017, il en est prévu 70 avec un renforcement du contrôle sur les matériels de pulvérisation.

Au niveau de la pollution diffuse par les nitrates, sont examinés : les conditions de collecte et de stockage des effluents d'élevage de l'exploitation ; les conditions de fertilisation (plan prévisionnel et cahier de fertilisation plafond d'apport à 170 kg/ha) et la présence de bandes enherbées et couverts hivernaux. Il y a eu 21 contrôles en 2016 (9 dossiers ont été pénalisés).

Pour 2017, il y aura des contrôles conditionnalités sur la base d’un échantillonnage défini, et des contrôles en zone classée après 2007. Aucun procès-verbal ne sera dressé, mais les exploitations concernées seront retenues pour les contrôles PAC 2018.

Pour la gestion de l’eau, il y aura, en 2017, la vérification de l’existence de compteurs et le respect du prélèvement du volume maximum autorisé.

 

Plus d’informations sur le site de la DDT 63 : http://www.puy-de-dome.gouv.fr/la-mission-inter-services-de-l-eau-et-de-la-nature-r792.html

2639 journées de contrôles en 2016

 

La MISEN limite les impacts et préserve les milieux naturels. C’est pour cette raison qu’elle souhaite effectuer d’autres contrôles tout au long de l’année 2017 auprès des collectivités, des particuliers, des industries mais aussi des agriculteurs.

Un bilan sera dressé début 2018.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole