Aller au contenu principal

Secours
Les agriculteurs, force vive des secours en milieu rural

Dans bien des territoires ruraux, les services de secours d'urgence sont assurés au quotidien grâce à l'engagement volontaire des agriculteurs.

Pompiers en action

Le Puy-de-Dôme compte environ 3 600 sapeurs-pompiers volontaires. Chaque année, ils réalisent plus de
50% des 50 000 interventions de secours déclenchées sur le territoire. Parmi eux, plus de 150 sapeurs-pompiers volontaires sont des agriculteurs. Sans eux, le secours en milieu rural ne pourrait être assuré en semaine. Entre 8 h et 17h, ils sont souvent, avec les artisans, les seuls à être encore présents pour répondre aux appels. Depuis plusieurs années maintenant, le SDIS 63 recrute auprès de la profession pour maintenir le maillage territorial.

Le système de secours français repose sur les volontaires

Le Capitaine Jean-François Barili, référent du volontariat au SDIS 63, est formel. "Sans les volontaires, c'est tout le système de secours français qui s'écroule." La France compte plus de 200 000 sapeurs-pompiers volontaires qui réalisent chaque année environ 80% des interventions. Leur présence est même primordiale en milieu rural où ils sont majoritaires voire même exclusifs. Chauffeurs, infirmières, institutrices, électriciens, informaticiens, mécaniciens... Toutes les professions se côtoient au sein des casernes y compris les agriculteurs. Ces derniers sont d'ailleurs depuis longtemps, "une force vive d'intervention". Nombre de secours sont assurés grâce à eux. "Nous sommes confrontés depuis 20 ans à une érosion des effectifs. Rapidement, le SDIS s'est rendu compte que sans les agriculteurs, le maillage de secours en milieu rural pourrait devenir défaillant." Leur présence quotidienne dans les territoires, leurs connaissances de ces derniers et "leur côté démerde" sont vantés et recherchés. " Les agriculteurs ont plus l'habitude de faire face à l'imprévu. Ils réagissent et trouvent rapidement des solutions. Ils sont aussi très manuels et ont une connaissance très pointue du secteur où ils interviennent. Il vaut mieux parfois avoir un agriculteur dans le camion qu'un GPS !"

Moins de jeunes dans les casernes

L'époque où les jeunes suivaient les traces de leur père ou de leur grand-père dans les casernes est révolue. L'agrandissement des exploitations agricoles et le manque de main-d'œuvre sont préjudiciables à leur engagement au sein des casernes. La mise en place d'un système informatique pour la gestion des disponibilités des personnels ne change rien. Dans les centres de secours aussi, le renouvellement générationnel peine à se faire. "L'âge moyen des volontaires augmente" précise le Capitaine Barili. Le SDIS 63 déploie les grands moyens en multipliant les campagnes de promotion, notamment auprès des agriculteurs.
Depuis plusieurs années maintenant, le service départemental d'incendie collabore avec le Service de Remplacement et Groupama pour financer le remplacement des agriculteurs pendant leurs formations de sapeurs-pompiers. "Le volontariat n'est plus seulement une passion, c'est un engagement citoyen."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale
Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux…
Nicolas Chatard, nouveau président JA63.
Le nouveau président de JA 63 entre innovation et persévérance
Nicolas Chatard a été élu président du syndicat Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme avec une nouvelle équipe et succède ainsi à…
Le COTI du 5 mai dernier a rassemblé, à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la profession agricole et para-agricole, des élus locaux et l'enseignement agricole.
Installation/transmission et DJA, évolutions plus ou moins favorables
Une nouvelle DJA financée, non plus par le Feader mais par les Régions, devrait voir le jour le 1er janvier 2023 avec un montant…
Après plusieurs années d'augmentation, les effectifs de la Limousine se stabilisent en 2022.
L’Aubrac et la Limousine augmentent, la Salers se stabilise et la Charolaise décroche
Les effectifs bovins allaitants dans le Puy-de-Dôme sont en baisse chaque année mais certaines races résistent mieux que d'autres…
« Le contrat : une arme de proposition massive que doivent utiliser les éleveurs »
Alors que la décapitalisation s’accélère dans un contexte de hausse de charges sans précédent, la vente des animaux aux coûts de…
La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir
La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole