Aller au contenu principal

Les acteurs du territoire jouent enfin collectivement la lutte

La Sous-Préfecture d’Issoire s’implique dans la lutte contre le rat taupier auprès de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, la FDGDON, la MSA Auvergne et la DDT du Puy-de-Dôme.

Dans la salle de la mairie de Picherande, les discussions ont permis de faire remonter certaines problématiques dans la lutte du rat taupier, inconnues de l’administration.

Le 6 août, la sous-préfecture d’Issoire a réuni, à Picherande, les agriculteurs du secteur, la FDGDON 63, la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, la MSA Auvergne et la DDT autour de la problématique du rat taupier. La pullulation du ravageur met en péril les exploitations depuis plusieurs années maintenant. Malgré les suivis réguliers et les actions récurrentes de la FDGDON 63, le rongeur de prairie poursuit son déploiement. Face à ce constat, Tristan Riquelme, sous-préfet d’Issoire encourage à la constitution d’« une lutte globale où chaque acteur du territoire doit s’impliquer […] cela doit devenir un projet de territoire ». L’objectif est avant tout de développer les observations de terrains sur l’ensemble des secteurs concernés. « VetAgro Sup met à notre disposition un outil de référencement qui n’attend plus que les données des référents de chaque commune » ajoute Richard Randanne, vice-président de la Chambre d’agriculture.

 

Le prix des produits s’envole

La commune de Picherande est classée comme une zone de «foyer actif » mais pas de pullulation. Les rats sont aux portes de la commune. Ce résultat est le fruit du travail collectif des agriculteurs à traiter leurs parcelles. « Ici à Picherande, les gens luttent » témoigne un agriculteur avant d’ajouter «mais nous sommes confrontés à un sacré problème : l’augmentation du prix des produits ». La bromadiolone est l’unique molécule autorisée dans la lutte contre le campagnol terrestre et n’est commercialisée que par un seul fournisseur. Il en va de même pour le Ph3 sur les taupes. « Il y a une absence totale de concurrence sur ces marchés » explique Philippe Bonhomme, président de la FDGDON 63. De ce fait, un agriculteur témoigne avoir vu « le prix de la boîte de Ph3 augmenter de 10€ en un an». Le prix commence à devenir un facteur. L’administration jusque-là « non informée de ces hausses de tarifs » s’est engagée à « faire remonter l’information ».

De nouvelles pistes de recherche sont d’ailleurs en cours d’examen pour tenter de diversifier cette liste de traitements. Le Ratron© (à base de phosphore de zinc) tant attendu par la profession, et récemment homologué en France, n’offre malheureusement que peu de résultats sur le campagnol terrestre. «Sa forme n’attire pas le rongeur parce qu’en réalité il est configuré pour le campagnol des champs. Nous nous sommes rendus en Allemagne où nous essayons auprès des fabricants de phosphore de zinc d’avoir un appât, non pas sec mais humide, plus appétant pour le rat taupier » explique Richard Randanne.

Manque de main-d’œuvre

Les acteurs du territoire et de la profession agricole doivent également se pencher sur la problématique de la main d’œuvre. Poser et relever des pièges, appliquer et suivre la lutte chimique demandent du temps. « Ça demanderait pres-que un plein temps » selon un agriculteur mais là aussi des solutions existent. Philippe Bonhomme invite à « se rapprocher de certains GDON du département qui ont organisé une lutte collective avec un prestataire ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole