Aller au contenu principal

Concours national
Les Abondances vont faire le show !

Pour la 21ème édition du Sommet de l’Elevage c’est une race laitière rustique qui est mise à l’honneur. Une belle petite rouge présente dans nos moyennes montagnes.

Cette année, la race Abondance sera à l’honneur au Sommet de l’Elevage. Pour la première fois, le concours national de cette petite vache savoyarde aura lieu à Cournon. Plus de 150 animaux sont attendus dont quelques- uns du Puy-de-Dôme. Une fierté pour les éleveurs du département qui ne sont qu’une poignée à s’être engagés auprès de la race.

 

Une vache avec un grand « V »

En 2010, le Conseil Elevage comptabilisait 600 Abondance. Un chiffre en constante augmentation comme l’explique Rémi Bony, éleveur et président du syndicat de race. « Nous sommes chaque année plus nombreux à adopter cette vache, c’est pourquoi nous avons demandé à organiser le concours national au Sommet de l’Elevage. L’Abondance est une vache de montagne, elle s’adapte donc très bien dans nos systèmes. Elle supporte les écarts de température, a des aplombs solides, un lait avec un très bon rapport TP et TB(*) et surtout elle fait de gros veaux.» Ses aptitudes laitière et bouchère permettent aux éleveurs de valoriser deux produits différents. Une facilité d’élevage qui a séduit Rémi Bony et son père avant lui. Aujourd’hui, le jeune producteur est en Gaec sur la commune d’Aurières et transforme la quasi-totalité du lait en fromage. Le troupeau de la ferme est composé d’environ 30 vaches laitières, 50 % Abondance et 50 % Montbéliarde. C’est la première fois qu’il présente deux de ses animaux au concours national. «Au total, il y a 11 vaches de quatre élevages puydômois différents qui ont été présentées à la Commission de tri. J’espère que quelques unes seront sélectionnées. » L’opportunité est à saisir pour les éleveurs.

 

Podium en vue

Selon le président du syndicat Abondance, le concours national ne reviendra pas de si tôt sur les terres auvergnates. La Savoie est très attachée à cette vache emblématique. « Là bas, le concours national est gigantesque. L’événement est soutenu par le Conseil général et le Conseil régional. Ils ont fait de l’Abondance un outil de promotion de leurs traditions et surtout de leurs fromages. » Même s’il n’est pas sélectionné pour le concours, Rémi Bony passera les trois jours du Sommet de l’Elevage auprès des autres éleveurs. Peut-être pour tisser des liens «commerciaux » mais surtout des liens d’amitié. «Les syndicats Abondance du Massif central ont organisé le concours comme une grande fête. Nous ne voulons pas que l’aspect compétitif prenne le dessus ! » Une vente aux enchères est tout de même prévue avec des animaux à haute qualité génétique. Mais là, le jeune éleveur ne dit pas s’il se prêtera au jeu.

(*) TP = Taux protéïque - TB = Taux Butyrique

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole