Aller au contenu principal

L’emploi en agriculture plus que jamais organisé

L’association Agri Emploi 63 qui tenait son assemblée générale le 7 avril dernier, a mis l’accent sur le développement des partenariats pour alléger les contraintes des agriculteurs.

Lors de l’assemblée générale d’Agri Emploi 63, les participants sont longuement revenus sur la nécessité de créer des partenariats entre les différentes structures agricoles.

L’activité d’Agri Emploi 63 ne cesse de progresser. En 2014, l’association a vu son nombre d’adhérents augmenter passant de 90, l’année précédente, à plus de 120 aujourd’hui. Il en va de même pour le nombre de salariés puisqu’ils sont plus de 90 à être enregistrés pour environ 39 500 heures de travail. Le service de gestion (déclarations d’embauches, bulletins de salaires…) et de ressources humaines (droit du travail, recrutement…) de l’association séduit de plus en plus d’agriculteurs ayant besoin d’un complément de main d’œuvre.

 

Toujours plus d’adhérents

Les principaux adhérents sont situés dans la Limagne, le Sancy et Dore-Bois-Noir autrement dit les zones où l’élevage laitier et les cultures spécialisées sont les plus présents. Dans ces zones, des partenariats avec des syndicats de producteurs ont d’ailleurs été créés comme l’explique Viviane Chomette, présidente d’Agri Emploi 63. «Les agriculteurs n’envisagent plus d’avoir des salariés et de gérer seuls tous les aspects administratifs. Par exemple, le syndicat des betteraviers incite ses producteurs à passer par Agri Emploi 63 pour recruter de la main d’œuvre pour le bâchage. Ils ont été 21 à faire appel à nous en 2014. Cette année, nous travaillons en partenariat avec le syndicat des producteurs de maïs semences pour, là aussi, encourager les semenciers à passer par Agri Emploi 63».

Des partenariats en multiplication

Des partenariats qui tendent à se multiplier et ce auprès de nombreuses structures. Ainsi, l’année passée Agri Emploi, le syndicat des betteraviers et l’association Parq-ADSEA (Prévention Action Rue et Quartiers-Association Départementale pour la Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence) ont permis à 21 jeunes de participer aux travaux de bâchage. Encadrés par un animateur, ces jeunes en difficulté sont intervenus auprès de 26 agriculteurs, tous satisfaits de leur travail selon Jean-Claude Delsuc, président du syndicat betteravier. «Cela a permis à bon nombre d’agriculteurs de bâcher leurs betteraves sans trop de difficultés tout en faisant travailler des jeunes qui découvraient l’agriculture. Malgré des conditions climatiques pas toujours optimales, ils sont restés très motivés.»

Les agriculteurs l’ont bien compris, la main d’œuvre occasionnelle ou embauchée à plusieurs apporte des réponses au manque de temps sur les exploitations. Outre des travaux saisonniers habituels, l’emploi de salariés peut aussi intervenir sur des actions de plus longue durée. Des agriculteurs de l’ouest du Puy-de-Dôme ont émis l’idée d’embaucher une ou deux personnes pour réaliser les actions de lutte contre les rats taupiers. «Les dégâts sur ce secteur sont importants et s’étendent sur de grandes surfaces. Les agriculteurs négligent bien souvent les interventions de lutte parce qu’ils sont pris par le temps. Avoir un ou deux salariés qui interviendraient dans les parcelles de chaque agriculteur permettrait de contenir voire même peut-être de faire disparaître cette pullulation» témoigne David Perret, animateur à Agri Emploi 63. C’est dans ce sens que l’association travaille à développer un partenariat avec la FDGDON du Puy-de-Dôme pour établir la meilleure méthode à adopter.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole