Aller au contenu principal

Leclerc ne respecte pas ses engagements, il est logiquement pris pour cible

Répondant à l’appel national de l’association Eleveur et Engagé, des éleveurs de la FNSEA et des JA ont convergé, mercredi 17 mai, vers trois magasins Leclerc de la région.

Un message explicite qui a le mérite d’annoncer la couleur.

«Soutenez les éleveurs, allez chez Carrefour ». Ostensiblement affiché par les délégations d’éleveurs aux abords des Leclerc d’Avermes, dans l’Allier, de Clermont-Sud, dans le Puy-de-Dôme et de Beynost dans l'Ain, ce message a fait son effet.

Pas trop du goût des responsables des magasins, il témoigne pourtant d’une réalité : « Leclerc a signé l’engagement « Cœur de Gamme » en septembre 2016. Depuis cette date, l’enseigne n’a pas développé la démarche dans ses magasins », témoigne Romain Vernet, éleveur allaitant dans le Puy-de-Dôme, et secrétaire général des JA63. La colère est d’autant plus grande qu’avec Cœur de Gamme, les organisations professionnelles ont bâti un nouveau modèle de relations commerciales entre GMS et éleveurs, garantissant des prix tenant compte des coûts de production.

 

Il manque un euro

Depuis les accords passés en septembre dernier avec la grande distribution, les prix payés aux éleveurs devraient être de 4,50 à 4,60 euros le kg poids carcasse pour la viande charolaise. «Mais, déplore Frédéric Blanchonnet, éleveur dans l’Allier et président de la section régionale bovine d’Auvergne-Rhône-Alpes, chez Leclerc, nous sommes payés au prix de la cotation à hauteur de 3,70 euros le kilo. Cette différence de un euro par kilo de carcasse, c'est ce qui nous manque pour conduire nos exploitations.» Aujourd'hui, selon le responsable, seules les enseignes Super U et Carrefour jouent le jeu. À ce jour, la filière bovine estime le nombre de carcasses valorisées dans la démarche «Cœur de Gamme» à 4 000 bovins par mois.

D’autres opérations à prévoir

«Aujourd’hui, nous sommes venus dire aux consommateurs que Leclerc ne joue pas le jeu. Ils sont en droit de savoir que lorsqu’ils franchissent les portes d’un de ces magasins pour y acheter de la viande, et bien ils ne contribuent pas à la juste rémunération des éleveurs », insiste Richard Randanne, éleveur ovin et secrétaire général de la FNSEA 63. Par petits groupes de dix ou vingt, les agriculteurs ont donc multiplié les échanges avec les clients des magasins.

Si les consommateurs se sont tous montrés plutôt bienveillants face à la démarche, l’enseigne a rapidement fait savoir aux agriculteurs qu’ils n’avaient pas autorisation à tracter sur le site. Qu’à cela ne tienne…

Les éleveurs reviendront, bien décidés à faire rentrer dans le rang tous ceux qui trahiraient les engagements signés à l’automne.

À suivre...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole