Aller au contenu principal

TABAC
Le tabac en recherche de saisonniers

Au même titre que les autres cultures, le tabac accuse un retard de 10 à 15 jours. La récolte est, elle aussi, décalée ce qui entraîne des difficultés à recruter la main-d’œuvre.

La récolte du tabac devrait démarrer début septembre, période où les jeunes saisonniers ont déjà retrouvé les bancs de l’école.

Décidemment, tout joue contre eux. Les planteurs de tabac, déjà dans l’inquiétude concernant la décision du maintien ou non de l’article 68(1), doivent faire face à une culture exceptionnellement tardive. Le tabac a accumulé ce printemps, 10 à 15 jours de re-tard. La culture, grosse consom- matrice de main d’œuvre, est aujourd’hui dans l’impasse. En effet, le début de la récolte est estimé pour début septembre, date où les jeunes saisonniers retrouvent les chemins de l’école. Le syndicat des planteurs de tabac du Puy-de-Dôme lance un appel à la main-d’œuvre.

 

Une culture retardée

Les agriculteurs puydômois ne sont pas prêts d’oublier ce printemps 2013. L’ensemble des cultures a été touché provoquant des retards allant de 10 à 15 jours. Le tabac n’échappe pas à cette règle. « Les plantations ont été retardées du fait de l’excès d’eau dans certains secteurs. Fin mai, seulement 25% des surfaces étaient plantées. Début juin, nous n’étions encore qu’à 75% » explique Jean-Louis Duron, président du syndicat des planteurs de tabac. Un retard qui n’a eu, heureusement, aucune conséquence sur l’état sanitaire des parcelles. En revanche, l’excès d’eau dans les secteurs à terres lourdes a quelque peu asphyxié les pieds de tabac. Ces derniers accusent un développement végétatif qui est loin d’être optimal. Cette année, les cultures de tabac sont donc hétérogènes. De plus, les planteurs du secteur de Saint-Laure, Tirande et Saint-Ignat ont subi un orage de grêle dévastateur. Certaines parcelles ne seront pas récoltées. La récolte est d’ailleurs décalée, selon Jean-Louis Duron, au début septembre. «Nos saisonniers sont des jeunes et la plupart d’entre eux vont reprendre l’école début septembre. Nous allons donc manquer de main-d’œuvre. C’est la première fois que le syndicat passe des annonces dans les journaux pour trouver des salariés. »

 

Tabac en déprise

En 10 ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu 50% de ses surfaces de tabac soit près de 120 ha. En terme de volumes, la chute a été tout aussi rude, environ 30%. En cause, le manque de rentabilité de la culture. Gourmande en main d’œuvre et en temps de travail, les prix d’achat ne suffisent pas à combler les charges de productions. Malgré l’aide européenne, à travers l’article 68, et le récent soutien des industriels du tabac, les planteurs n’arrivent pas à obtenir un revenu. De plus, l’article 68 est remis en cause dans la réforme de la PAC. Aujourd’hui encore, les producteurs ignorent si cette subvention sera maintenue ou non. Jean-Louis Duron en est persuadé, l’avenir du tabac puydômois se joue, plus que jamais, à Bruxelles.

(1) Article 68 du règlement communautaire du 19 janvier 2013 qui encadre le soutien spécifique «aide à la qualité du tabac» en France métropolitaine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole